le journal de la santé naturelle et globale

inscription
à la Newsletter...

La perfection est la tranquillité dans le désordre

Zhuangzi

Le plaisir peut s’appuyer sur l’illusion, mais le bonheur repose sur la réalité.

Chamfort

Personne ne peut vous révéler plus que ce qui repose déjà dans l'aube de vos connaissances.

Khalil Gibran

Tu ne peux pas voyager sur un chemin sans être toi-même le chemin

Bouddha

Tout ce que nous voyons pourrait aussi être autrement.

Ludwig Wittgenstein

Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risques. Choisis ton risque. A te regarder, ils s'habitueront.

René Char

Tout le monde veut vivre plus longtemps, mais personne ne veut devenir vieux.

Jonathan Swift

Si mon esprit est loin, ce lieu l'est aussi.

Tao Yuanming

Il existe un curieux paradoxe : quand je m'accepte tel que je suis, alors je peux changer.

Carl Rogers

Par l'attention les choses existent.

Dokhusho Villalba

Comment l'hormone de la bonne vie influence le cerveau stressé

Les Echos indique en effet que « les recherches réalisées par des chercheurs américains du Southwestern Medical Center de Dallas confirment le rôle clef de [la ghréline] dans la prise alimentaire ».

Le journal explique que les chercheurs, qui publient leurs travaux dans le Journal of Clinical Investigation, « ont travaillé avec des souris soumises à un stress permanent lié à la présence d'un mâle dominant. Des rongeurs sauvages placés dans cet environnement compensaient ce handicap en sélectionnant délibérément des nourritures grasses et très caloriques ».
« Les chercheurs ont démontré que le stress chronique engendré par la présence d'un chef pesant déclenche la production de ghréline, induisant un appétit excessif puis l'obésité »,
 continue le quotidien, qui ajoute que « ces travaux ne précisent pas si cette compensation se produit également chez les humains opprimés par un chef pesant et autoritaire ».

Date de la dépêche : 29 septembre 2011

Auteur : Laurent Frichet

Source : Les Echos

Mentions légales