le journal de la santé naturelle et globale

inscription
à la Newsletter...

Sois content dès qu’une petite chose progresse.

Marc Aurèle

Notre problème n’est pas que nous ne sachions pas faire les choses mais que nous ne savons pas ce que nous voulons.

Théodore Monod

Se ménager du temps est nécessaire pour l’esprit. Pour l’esprit, il faut du temps perdu

Paul Valéry

La santé se mérite, se gagne et se défend jour après jour par des méthodes prévues par la Nature et non par la médecine.

Hippocrate

L’esprit cache, se voile des choses ; mais le corps sait, peut-être.

Henry Bauchau

Le monde est un spectacle à regarder et non un problème à résoudre.

Jules de Gaultier de Laguionie

Le sage n’a aucune autre consistance que celle qui est dévolue au potier.

François Roustang

Ecouter quelqu'un, c'est lui permettre d'entendre ce qu'il dit.

Jacques Salomé

Le meilleur en la vie est gratuit.

Albert Schweitzer

Lorsqu'il n'y a plus rien à faire, que faites-vous?

Koan zen

Quand le sport remplace les médicaments

Pascale Santi se penche dans Le Monde sur « le sport sur ordonnance, alternative aux médicaments ». La journaliste constate en effet qu’à Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine), « un médecin prescrit des séances de karaté à des malades du cancer pour redonner du souffle à leur vie ».

Pascale Santi aborde ainsi l’association CAMI (Cancer arts martiaux et informations), créée par Thierry Bouillet, oncologue au CHU Avicenne de Bobigny (Seine-Saint-Denis), et Jean-Marc Descotes, professeur de karaté, dont le but est d’« aider les patients à mieux supporter les effets secondaires de leur traitement, au premier rang desquels la fatigue ».
La journaliste rappelle notamment que « de nombreuses études scientifiques montrent que l’activité physique améliore la qualité de vie des malades. Elle réduirait de 20 à 30% le risque de rechute pour les personnes qui pratiquent une activité physique 2 à 3 heures par semaine et diminuerait le risque de survenue de d’un cancer dans la population ».
« Alors pourquoi ne pas prescrire du sport sur ordonnance ? », 
s’interroge Pascale Santi, qui note que « pour l’instant, les initiatives sont individuelles et financées par des fonds privés, mutuelles en tête. »
La journaliste relève toutefois qu’« un diplôme universitaire Sport et cancer a été créé fin 2009 à l’université Paris-XIII-Nord, à Bobigny. Et la HAS mène actuellement des travaux sur «la prescription de thérapeutiques non médicamenteuses», dont le sport. […] Ces travaux devraient être remis avant l’été ».

Date de la dépêche : 15 mai 2011

Auteur : Laurent Frichet

Source : Le Monde

Mentions légales