le journal de la santé naturelle et globale

inscription
à la Newsletter...

L’obstacle est matière à action.

Marc Aurèle

Il existe un curieux paradoxe : quand je m'accepte tel que je suis, alors je peux changer.

Carl Rogers

La folie est de se comporter toujours de la même manière et de s’attendre à des résultats différents.

Albert Einstein

Ce qu’on ne veut pas savoir de soi-même finit par arriver de l’extérieur sous forme de destin.

C.G. jung

Il faut un obstacle nouveau pour un savoir nouveau.

Henri Michaux

Il y a beaucoup de gens dont la facilité de parler ne vient que de l'impuissance de se taire.

Edmond Rostand

Il faut perdre la moitié de son temps pour pouvoir employer l’autre.

Locke

Que vaut une vie qui s’oublie pour en singer une autre ?

Patrick Chamoiseau

La terre ne rend jamais sans intérêt ce qu'elle a reçu.

L'ignorant n'est pas celui qui manque d'érudition mais celui qui se ne connaît pas lui-même.

Krishnamurti

Une marche de 500 km pour promouvoir le jeûne

La Croix consacre un article à cette « cinquantaine de marcheurs [qui] sont partis de Gironde pour se rendre à Paris ».
Le journal indique que partis il y a 2 semaines, « ils devraient arriver aujourd’hui à destination », et note qu’« ils ont effectué le trajet entièrement sans manger ».
Le quotidien explique que « l’objectif de cette «croisade pour la santé» était de remettre à Roselyne Bachelot et à Xavier Darcos, ministre de l’Education, un «Manifeste en faveur du jeûne» ».
La Croix observe que « s’il y a peu de chances qu’ils soient reçus, les marcheurs sont tout de même contents de leur expérience ».
Le journal constate que « le jeûne est devenu un phénomène de mode. S’abstenir de manger de temps en temps permettrait, selon certains, de se débarrasser des toxines accumulées au fil des repas et des journées ».
Le quotidien livre cependant les propos d’Arnaud Basdevant, chef du service de nutrition à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière (Paris), qui « s’insurge contre les pratiques excessives ».
Le spécialiste observe en effet que « les jeûnes courts, de 1 à 3 jours, ne sont pas problématiques en eux-mêmes. Mais il faut mettre en garde contre les risques d’un jeûne prolongé associé à une activité physique importante ».
« Cette marche de 500 km, par exemple, expose l’organisme à des changements métaboliques importants, en particulier des hypoglycémies et des troubles du potassium. Cela peut entraîner des accidents cliniques graves chez des personnes présentant des problèmes médicaux sous-jacents »,
poursuit le praticien.
Le Dr Françoise Wilhelmi de Toledo, qui dirige deux cliniques « où l’on pratique le jeûne avec suivi médical », déclare pour sa part : « Lorsque l’on dit que le jeûne consiste à s’abstenir de manger, c’est inexact. Car le jeûneur se branche sur sa nourriture interne, sur ses réserves de graisses et de vitamines ».

Date de la dépêche : 15 janvier 2009

Auteur : Laurent Frichet TSAVO

Source : www.sf-neuro.org/La Croix

Mentions légales