le journal de la santé naturelle et globale

inscription
à la Newsletter...

La seule chose promise d'avance à l'échec est celle que l'on ne tente pas.

Paul Emile Victor

Celui qui a franchi le seuil de la porte a déjà parcouru une bonne partie du chemin.

Proverbe hollandais

Celui qui se nourrit de rêves, le vent l'emporte.

Proverbe turque

Celui qui est charnel l'est jusque dans les choses de l'esprit ; celui qui est spirituel l'est jusque dans les choses de la chair.

Saint Augustin

La maladie est l’effort que fait la nature pour guérir l’homme.

C.G.Jung

La pauvreté, c'est le maximum d'effort pour le minimum de résultat. La richesse, c'est le minimum d'effort pour le maximum de résultat

Pascal

Il y a beaucoup de gens dont la facilité de parler ne vient que de l'impuissance de se taire.

Edmond Rostand

Le plus grand voyageur est celui qui a su faire une fois le tour de lui-même

Confucius

Balayer est un art en soi.

Gandhi

Ce qui est maintenant prouvé ne fut jadis qu'imaginé.

William Blake

Sportifs, mangez des pruneaux !

Le Dr Albert Iron, maître de conférence à l'université Victor Ségalène de Bordeaux et praticien hospitalier au CHU a mené deux études sur le rôle nutritionnel du pruneau. Il souligne les effets intéressants du pruneau, notamment pour les sportifs.

LaNutrition.fr : Qu’est-ce qui vous a amené à vous intéresser au pruneau ?

Albert Iron : Il y a quelques années les producteurs du pruneau d’Agen nous ont demandé de réaliser deux études pour déterminer le rôle nutritionnel du pruneau, un fruit relativement mal connu à l’époque. La première, essentiellement bibliographique visait à compiler les données existantes sur les caractéristiques nutritionnelles du pruneau. La deuxième était une étude d’intervention sur des volontaires sains.

Quel était le but de cette étude d’intervention ?

Nous voulions situer le pruneau par rapport aux autres fruits riches en fructose, aux autres fruits riches en fibres et calculer son index glycémique (IG), c’est-à-dire son impact sur la glycémie (le taux de sucre sanguin). Nous avons fait manger du pain blanc (l’équivalent de 50 g de glucose à 8 volontaires sains (des étudiants en médecine) et nous avons mesuré leur glycémie dans les heures qui suivaient l’ingestion. 2 jours plus tard, nous avons fait de même avec 150 g de pruneau (soit 50 g de glucose). Nous avons pu ainsi établir un IG de 75 pour le pruneau. (1)

Cette valeur signifie quoi concrètement ?

Le pruneau contient 49 g de glucides pour 100 g (dont 24 g de glucose), sa teneur en sucres est donc très élevée. Or son index glycémique, s’il est relativement élevé, montre néanmoins que le pruneau grâce à sa richesse en fructose possède un effet d’épargne d’insulino-sécrétion (l’insuline est l’hormone sécrétée par le pancréas pour réguler le taux de sucre sanguin). Il ne provoque pas, à l’inverse du glucose, de pic brutal de la glycémie, ni, plus tard, d’hypoglycémie par rebond. Nous avons aussi établi qu’une consommation importante et prolongée de pruneaux (250 g par jour pendant 22 jours) ne troublait pas le métabolisme des glucides et permettait aussi de limiter la réponse insulinémique de l’organisme.

A qui peut bénéficier cet effet d’épargne d’insulino-sécrétion ?

Comme le fructose est très rapidement utilisable par l’organisme et que le pruneau permet un maintien de la glycémie, ce fruit s’avère particulièrement intéressant pour les sportifs. D’ailleurs ces derniers n’ont pas attendus le résultat de nos études pour garnir leurs besaces de pruneaux. En revanche, on ne peut raisonnablement pas préconiser le pruneau pour corriger des troubles glucidiques.

(1) D’autres chercheurs ont trouvé des IG plus bas, donc plus favorables, allant de 29 à 53. NDLR

Date de la dépêche : 18 octobre 2005

Source : www.lanutrition.fr

Mentions légales