le journal de la santé naturelle et globale

inscription
à la Newsletter...

"oui" et "non" sont les mots les plus courts et les plus faciles à prononcer, et ceux qui demandent le plus d’examen

Talleyrand

Le premier ennemi à combattre est à l'intérieur de soi. Souvent, c'est le seul.

Christine Orban

A la fin de chaque vérité il faut ajouter que l’on se souvient de la vérité opposée.

Pascal

Le sage n’a aucune autre consistance que celle qui est dévolue au potier.

François Roustang

Oser, c’est perdre pied momentanément. Ne pas oser, c’est se perdre soi-même.

Kierkegaard

Changer le passé, les dieux eux-mêmes y sont impuissants.

Henri Heine

De nos maladies, la plus sauvage est de mépriser notre être.

Montaigne

C'est une folie que de vouloir guérir le corps sans vouloir guérir l'esprit.

Platon

Etudier sans méditer est vain. Méditer sans étudier est périlleux.

Confucius

La maladie, sa racine hébraïque « malaha » le révèle, consiste à tourner en rond.

Christiane Singer

Prendre ses repas en famille réduit l’obésité de l’enfant

C’est ce que constate Martine Perez dans Le Figaro. La journaliste rend compte des travaux parus dans Pediatrics de deux médecins américains, Robert Whitaker et Sarah Anderson, qui « ont examiné des données concernant 8 550 enfants ».

Martine Perez indique que « l’enquête, qui porte sur des petits en âge préscolaire (moins de 6 ans), révèle que les enfants qui prennent régulièrement leur dîner en famille ou qui ont une durée de sommeil adaptée à leur âge (au moins 10 heures et demie par nuit), ou encore qui ne regardent la télévision que pendant une durée limitée (moins de 2 heures par jour), soufrent moins d’obésité que les autres ».
La journaliste précise que « lorsque ces 3 critères sont réunis, le risque d’obésité est inférieur à 40% par rapport aux petits ne répondant à aucun de ces 3 critères ». Martine Perez ajoute que « parmi les enfants dont le mode de vie respecte les 3 critères édictés, seuls 14,3% souffrent d’obésité, alors que 24,5% n’en respectant aucun le sont ».
La journaliste remarque notamment que « le fait de prendre des repas en famille augmente la consommation de fruits et légumes et offre une alimentation plus diversifiée ».
Martine Perez conclut que « ces données méritent d’être diffusées pour aider les parents à limiter l’épidémie d’obésité qui nous menace ».


Date de la dépêche : 10 février 2010

Auteur : Laurent Frichet

Source : Le Figaro

Mentions légales