le journal de la santé naturelle et globale

inscription
à la Newsletter...

Nous nous rendons pitoyables ou nous nous rendons forts. La quantité de travail à fournir est la même.

Carlos Castaneda

Il y a trois grands mystères de la nature : l'air pour l'oiseau, l'eau pour le poisson et l'homme pour lui-même.

Proverbe hindou

C'est une folie que de vouloir guérir le corps sans vouloir guérir l'esprit.

Platon

Accepter, ce n’est pas la même chose que s’adapter tant bien que mal. Il n’est aucune histoire si terrible, aucun accident du sort… dont la nature humaine, par patience ne puisse venir à bout.

Euripide

William Shakespeare

L'avenir n'est jamais que du présent à mettre en ordre. Tu n'as pas à le prévoir mais à le permettre.

Antoine de Saint Exupéry - Extrait de ses Mémoires du large

Que vaut une vie qui s’oublie pour en singer une autre ?

Patrick Chamoiseau

Celui qui est charnel l'est jusque dans les choses de l'esprit ; celui qui est spirituel l'est jusque dans les choses de la chair.

Saint Augustin

"oui" et "non" sont les mots les plus courts et les plus faciles à prononcer, et ceux qui demandent le plus d’examen

Talleyrand

La santé se mérite, se gagne et se défend jour après jour par des méthodes prévues par la Nature et non par la médecine.

Hippocrate

Pas si dangereux, les édulcorants ?

Le Figaro fait savoir que « les édulcorants intenses, dont fait partie l'aspartame, sont sans risque avéré pour les femmes enceintes mais n'offrent «aucun intérêt nutritionnel», selon un rapport de l'Agence de sécurité sanitaire de l'alimentation (Anses) confirmant un premier avis rendu en février 2011 ».

Le journal rappelle que « ces produits au pouvoir sucrant qui apportent peu ou pas de calories sont utilisés en poudre ou en comprimés, dans des boissons type sodas «light», ou encore dans des produits laitiers à 0%. Ils ont été mis en cause à plusieurs reprises, notamment dans des études sur les accouchements prématurés chez la femme ou l'apparition de cancers chez des souris ».
Le Figaro note que les experts de l’Anses « ont passé en revue les différentes études existant sur la question », et écrivent que « les données disponibles ne permettent pas de conclure à un effet préjudiciable des édulcorants intenses pendant la grossesse, que ce soit sur la santé de la mère, les paramètres obstétricaux, ou la santé du nouveau-né ».
Les auteurs précisent toutefois que « de nouvelles recherches sont nécessaires ».
Le quotidien indique ainsi que l’Anses « voudrait clarifier les résultats inquiétants d'une équipe danoise ayant constaté une relation dose-effet entre la consommation de boissons édulcorées et le risque d'accouchement prématuré ».
« Selon cette étude conduite par Thorhallur Halldorsson (Statens Serum Institut de Copenhague) sur près de 60.000 Danoises enceintes et publiée fin 2010 dans l'American Journal of Clinical Nutrition, la consommation de boisson gazeuse contenant un édulcorant augmente en moyenne de 38% le risque d'accoucher prématurément. L'augmentation des risques est de 27% si l'on ne boit qu'un verre par jour, 35% si l'on en boit 2 ou 3, et de 78% à plus de 4 »,
explique Le Figaro.
Le journal ajoute que l’agence « souligne par ailleurs l'absence de bénéfice nutritionnel propre démontré de la consommation d'édulcorants par la femme enceinte et rappelle que les autorités sanitaires conseillent d'une façon générale de limiter la consommation des produits sucrés. L'agence va poursuivre son travail d'évaluation des bénéfices et risques nutritionnels des édulcorants intenses pour toutes les tranches d'âge de la population générale ».
« Elle a en parallèle demandé à l'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) de réévaluer la dose journalière admissible d'aspartame, qui est pour l'instant de 40 mg par kilo de poids corporel. Les résultats sont attendus fin 2012 »,
continue le quotidien.
De son côté, L’Humanité s’interroge : « Pas si dangereux, les édulcorants ? ». Le journal note lui aussi que « selon l’Anses, ces substituts au sucre sont inoffensifs pour les femmes enceintes ».
Le quotidien remarque néanmoins que « l’agence va poursuivre ses évaluations car les données récoltées demeurent insuffisantes ».

Date de la dépêche : 20 juin 2012

Auteur : Laurent Frichet

Source : Le Figaro, L’Humanité

Mentions légales