le journal de la santé naturelle et globale

inscription
à la Newsletter...

Béni est celui qui a trouvé sa tâche. Qu’il ne cherche pas d’autre félicité.

Thomas Carlyle

Le courage n'est rien sans la sérénité.

Gandhi

Il faut perdre la moitié de son temps pour pouvoir employer l’autre.

Locke

Il faut rajouter de la vie aux années et non des années à la vie.

Proverbe chinois

La personne qui entre d'un côté de l'expérience méditative n'est pas la même que celle qui sort de l'autre côté.

Gunaratana

La gratitude n'est pas seulement la plus grande des vertus, c'est aussi la mère de toutes les autres.

Cicéron

Si quelqu’un me guérit et me retire mon mal, j’entends aussi qu’il me hisse au niveau de conscience que j’aurais atteint si j’avais moi-même résolu ce que ce mal devait m’apprendre. Sinon, s’il me laisse dans le même état de conscience après m’avoir retiré mon mal, il me vole l’outil de croissance que peut être cette maladie.

Yvan Amar

La pauvreté, c'est le maximum d'effort pour le minimum de résultat. La richesse, c'est le minimum d'effort pour le maximum de résultat

Pascal

Celui qui est charnel l'est jusque dans les choses de l'esprit ; celui qui est spirituel l'est jusque dans les choses de la chair.

Saint Augustin

Soit on apprend à échouer, soit on échoue à apprendre.

Tal Ben Shahar

Manger moins vite pour moins grossir

Le Figaro fait savoir que « manger moins vite permet de combattre efficacement l’obésité ». « C’est ce que montre le mandomètre, un appareil étonnant mis au point par l’équipe du Pr Per Södersten, de l’Institut Karolinska de Stockholm (Suède) », indique le journal.

Le quotidien relate ainsi les résultats obtenus par des chercheurs de l’hôpital pour enfants de Bristol (Royaume-Uni), parus sur le site du British Medical Journal, grâce à cette « petite balance ronde glissée sous l’assiette et reliée à un ordinateur [qui] agit comme une sorte de «mouchard» en mesurant en temps réel la vitesse à laquelle on mange ».
Le Figaro explique que l’équipe du Pr Julian Hamilton-Shield « a étudié l’impact de l’utilisation du mandomètre sur 106 jeunes de 9 à 17 ans en surpoids ».
Le journal précise que « tous étaient encouragés à faire du sport pendant au moins une heure par jour et à suivre un régime équilibré ».
Le quotidien note que « les adolescents participant à l’étude avaient pour habitude de manger trop vite. Mais au bout d’un an, [les chercheurs] ont constaté que les utilisateurs du mandomètre ingurgitaient des portions de nourriture moins importantes à une vitesse réduite de 11% ».
« Surtout, leur indice de masse corporelle […] a baissé en moyenne de 2,1 points »,
poursuit Le Figaro, relevant que « cette amélioration substantielle s’est maintenue pendant 6 mois après l’arrêt de l’utilisation de l’appareil ».
Le journal ajoute que leur « taux de «bon» cholestérol sanguin était significativement plus élevé ».
Les auteurs de l’étude écrivent qu’« en se focalisant sur la vitesse d’absorption et le volume du repas et en renforçant la sensation de satiété, le mandomètre complète utilement les rares méthode de lutte contre l’obésité des adolescents ».
De son côté, Le Parisien constate sur une page que « de plus en plus de grandes entreprises proposent aujourd’hui à leurs salariés des consultations diététiques gratuites, […] convaincues que le travail, c’est aussi la santé ».

Date de la dépêche : 18 janvier 2010

Auteur : Laurent Frichet

Source : Le Figaro, Le Parisien

Mentions légales