le journal de la santé naturelle et globale

inscription
à la Newsletter...

"oui" et "non" sont les mots les plus courts et les plus faciles à prononcer, et ceux qui demandent le plus d’examen

Talleyrand

Qui se blesse soi-même ne se manque jamais.

Proverbe berbère

Une blessure écoute toujours plus, finalement, qu’une oreille.

Henry Bauchau

Si la moitié de nos souhaits étaient exaucés, nos soucis seraient doublés.

Benjamin Franklin

Tout le monde veut vivre plus longtemps, mais personne ne veut devenir vieux.

Jonathan Swift

L'homme ne vit pas cent ans et se fait du souci pour mille.

Proverbe chinois

La personne qui entre d'un côté de l'expérience méditative n'est pas la même que celle qui sort de l'autre côté.

Gunaratana

Ecouter quelqu'un, c'est lui permettre d'entendre ce qu'il dit.

Jacques Salomé

La terre ne rend jamais sans intérêt ce qu'elle a reçu.

La Nature, pour être commandée, doit être obéie.

Francis Bacon

Le lien entre surpoids et surmortalité est établi

Le Monde indique que selon une « vaste étude » publiée par le Lancet, « il est désormais possible d'établir une relation statistique fiable et précise entre le degré de corpulence et la diminution de l'espérance de vie ».

Le Monde indique que selon une « vaste étude » publiée par le Lancet, « il est désormais possible d'établir une relation statistique fiable et précise entre le degré de corpulence et la diminution de l'espérance de vie ». Le journal explique que selon ces travaux dirigés par le Pr Ricard Peto et le Dr Gary Whitlock, spécialistes d'épidémiologie à l'université d'Oxford, « une réduction de l'espérance de vie moyenne commence à être observée chez les personnes ayant un IMC qui dépasse une fourchette comprise entre 22,5 et 25 kg/m2 ». Le Monde ajoute que « dans les cas d'obésité modérée (soit un IMC compris entre 30 et 35 kg/m2), le risque correspond à un tiers de la mortalité prématurée due à une consommation régulière de tabac. Quant aux personnes souffrant d'obésités qualifiées de sévères (entre 40 et 50 kg/m2), elles sont exposées aux mêmes risques de mortalité prématurées que des fumeurs chroniques ».

« En d'autres termes, ce travail établit qu'une obésité modérée […] équivaut à une réduction de l'espérance de vie comprise entre 2 et 4 années. Les obésités sévères, beaucoup moins fréquentes, sont statistiquement associées, comme la consommation de tabac, à une réduction de l'espérance de vie comprise entre 8 et 10 ans », poursuit le quotidien. Le Monde relève cependant que « pour certains spécialistes, le fait que ce travail repose sur des études menées pour la plupart dans les années 1970 et 1980 ne permet pas d'avoir une vision précise de la situation actuelle, compte tenu de la progression constante du nombre de personnes souffrant de surcharge pondérale et d'obésité ».

Date de la dépêche : 19 mars 2009

Auteur : Laurent Frichet

Source : www.sf-neuro.org/Le Monde

Mentions légales