le journal de la santé naturelle et globale

inscription
à la Newsletter...

Tu connais l’utilité mais connais-tu l’utilité de l’inutile ?

Lao Tseu

Le trop de quelque chose est le manque de quelque chose.

Proverbe arabe

La richesse consiste bien plus dans l’usage qu’on en fait que dans la possession.

Aristote

Ne pas chercher à ne pas souffrir ni à moins souffrir, mais à ne pas être altéré par la souffrance.

Simone Weil

Le bonheur ne se trouve pas dans les choses ou les événements mais dans le regard que l’on porte sur eux.

Faouzi Skali

Quoi que tu rêves d’entreprendre, commence-le. L’audace a du génie, du pouvoir, de la magie.

Goethe

Qu'est-ce que le bonheur sinon le simple accord entre un être et l'existence qu'il mène.

Albert Camus

La terre ne rend jamais sans intérêt ce qu'elle a reçu.

Pour cacher un mensonge, il faut mentir mille fois.

Proverbe indien

Celui qui se nourrit de rêves, le vent l'emporte.

Proverbe turque

La nutrition, un enjeu de santé publique

Les Echos constate sur une page que « l'idée d'une nutrition équilibrée est désormais acceptée par une majorité de Français alertés par les dangers du surpoids ».
Le journal souligne que « selon le dernier baromètre de Kiria-Philips, une majorité semble aussi approuver les recommandations du Programme national nutrition santé mitonné par le ministère de la Santé ».
« Près de 80 % des Français admettent aujourd'hui qu'une consommation modérée de graisses et de sucre va de pair avec une bonne santé », poursuit Les Echos, qui relève que selon l’OMS, « la planète compte désormais 1 milliard de Terriens en surpoids, dont 300 millions cliniquement obèses ».
Le quotidien cite notamment le Pr Jean-Charles Fruchart, spécialiste des maladies coronariennes à l'Institut Pasteur de Lille, qui note que « les systèmes de sécurité vont sauter si on ne prend pas le problème en main ».
Le journal aborde en outre la « dénutrition à l'hôpital », remarquant : « Repas servis trop tôt, froids, peu appétissants ou mal adaptés aux personnes âgées. Une partie importante de la nourriture servie dans les hôpitaux file à la poubelle ».
Le Pr Bernard Messing, du pôle des maladies de l'appareil digestif à l'hôpital Beaujon à Clichy, remarque que « cela augmente les risques de complication postopératoire et la durée des séjours. La nutrition n'est toujours pas prise en compte par le corps médical ».

Auteur : Laurent Frichet

Source : www.sf-neuro.org/Les Echos

Mentions légales