le journal de la santé naturelle et globale

inscription
à la Newsletter...

La pauvreté, c'est le maximum d'effort pour le minimum de résultat. La richesse, c'est le minimum d'effort pour le maximum de résultat

Pascal

La vie de chacun de nous n’est pas une tentative d’aimer, elle est l’unique essai.

Pascal Quignard

On surestime ce que l’on n’est pas et on sous-estime ce que l’on est

Malcolm Forbe

Oser, c’est perdre pied momentanément. Ne pas oser, c’est se perdre soi-même.

Kierkegaard

Chacun de nous est sans limites ; chacun de nous est inévitable ; chacun de nous avec son droit sur la Terre.

Walt Whitman

L’obstacle est matière à action.

Marc Aurèle

La terre ne rend jamais sans intérêt ce qu'elle a reçu.

Derrière chaque homme de talent se trouvent toujours d’autres homme de talent

Proverbe chinois

Si mon esprit est loin, ce lieu l'est aussi.

Tao Yuanming

Sois content dès qu’une petite chose progresse.

Marc Aurèle

Aux Etats-Unis, l’obésité menace l’espérance de vie des jeunes

« L’obésité pèse sur l’espérance de vie ». C’est ce que titre La Croix sur sa Une, illustrée d’une photo d’enfants américains obèses en train de se servir à manger, et qui « apprennent à vivre et surtout à manger équilibré dans un centre spécialisé » du Massachusetts.

Le quotidien indique en effet qu’« une étude sur l’obésité aux Etats-Unis évoque le risque d’une diminution de l’espérance de vie pour la première fois dans l’histoire du pays ».
La Croix cite l’ancien président Bill Clinton, qui, lors d’une conférence sur le sujet, a déclaré que « c’est le problème de santé publique numéro 1, (…) faisant courir le risque à la plus jeune génération d’être la première de l’histoire à avoir une plus faible espérance de vie que ses parents ».
Le journal rappelle qu’« aujourd’hui, on estime qu’outre-Atlantique les deux tiers des adultes et environ un enfant sur cinq sont en surpoids ou obèses ». Le quotidien livre les propos du Pr Jean-Philippe Girardet, chef du service de gastro-entérologie pédiatrique à l’hôpital Armand-Trousseau à Paris, qui note : « Ce qui fait la particularité des Etats-Unis, c’est surtout le nombre important d’obésités dites morbides. […] La prévalence chez les enfants et les adolescents du diabète de type 2, par exemple, est bien supérieure à ce qu’on peut observer en France ».
Le spécialiste relève toutefois que « les derniers chiffres en provenance des Etats-Unis montrent une certaine stabilisation de la prévalence de l’obésité et du surpoids ».

Date de la dépêche : 29 juillet 2009

Auteur : Laurent Frichet

Source : La Croix

Mentions légales