le journal de la santé naturelle et globale

inscription
à la Newsletter...

On surestime ce que l’on n’est pas et on sous-estime ce que l’on est

Malcolm Forbe

Balayer est un art en soi.

Gandhi

L’avenir, tu n’as pas à le prévoir, tu as à le permettre.

Antoine de Saint Exupéry

La santé c'est être capable de tomber malade et de s'en relever

Georges Canguilhem

On crée pour se compléter.

Henri Delacroix

Si je veux enrichir mon esprit, je ne cherche pas les honneurs mais la liberté.

Rembrandt

Si mon esprit est loin, ce lieu l'est aussi.

Tao Yuanming

Choisir son temps, c'est l'épargner.

Francis Bacon

On devrait attacher moins d'importance à ce que l'on va faire qu'à ce que l'on est.

Maître Eckart

C'est une folie que de vouloir guérir le corps sans vouloir guérir l'esprit.

Platon

Éviter les hamburgers avant une opération

C’est ce que conseille Le Figaro, qui note que « contrairement aux idées reçues, un régime pauvre en protéines avant une opération chirurgicale pourrait éviter des complications graves comme des infarctus ou des accidents vasculaires cérébraux ».

Le journal relate ainsi « une étude menée sur des souris par des chercheurs de l'école de santé publique de l'université de Harvard (États-Unis) », publiée dans Science Translational Medicine, relevant que « de nombreuses recherches sur des modèles animaux ont prouvé qu'un régime hypocalorique pouvait avoir des effets bénéfiques pour la santé, et pouvait même allonger l'espérance de vie, mais personne ne se doutait que cela pourrait aider l'organisme à affronter le stress et les traumatismes d'une opération chirurgicale ».
« Cela va même à l'encontre des conseils habituels avant une intervention, qui poussent à avoir une alimentation équilibrée, et même riche en protéines pour aider le corps à mieux récupérer », 
observe Le Figaro.
Le quotidien explique que « les chercheurs ont mené leurs études sur deux groupes de souris, dont l'un a reçu une alimentation normale alors que l'autre a été privé de protéines pendant deux semaines ».
« Après avoir soumis les cobayes à un stress opératoire qui pouvait potentiellement endommager le foie et les reins, les souris qui avaient été privées de protéines ont toutes survécu, alors que 40% de celles qui avaient mangé normalement ont eu des complications mortelles », 
souligne le journal.
Le Figaro précise que les chercheurs « ne sont pas sûrs des mécanismes biologiques précis qui sont impliqués, mais ils constatent que la privation de protéine a protégé les souris contre les risques d'ischémie. Un effet loin d'être négligeable pour éviter éventuelles complications, notamment en chirurgie cardio-vasculaire ».
Le journal fait savoir que « les scientifiques de Harvard vont maintenant tester leur hypothèse chez l'homme ».


Date de la dépêche : 02 février 2012

Auteur : Laurent Frichet

Source : Le Figaro

Mentions légales