le journal de la santé naturelle et globale

inscription
à la Newsletter...

Accepter les dépendances que nous impose la nature, c’est la sagesse, les aimer, c’est le bonheur.

Bernard Grasset

La vie de chacun de nous n’est pas une tentative d’aimer, elle est l’unique essai.

Pascal Quignard

Tout le problème de ce monde c’est que les idiots et les fanatiques sont toujours sûrs d’eux tandis que les sages sont pleins de doutes.

Bertrand Russell

La pauvreté, c'est le maximum d'effort pour le minimum de résultat. La richesse, c'est le minimum d'effort pour le maximum de résultat

Pascal

Notre problème n’est pas que nous ne sachions pas faire les choses mais que nous ne savons pas ce que nous voulons.

Théodore Monod

Ce qui ne se trouve pas en nous ne nous contrarie pas.

Hermann Hesse

Chacun de nous est sans limites ; chacun de nous est inévitable ; chacun de nous avec son droit sur la Terre.

Walt Whitman

Celui qui est charnel l'est jusque dans les choses de l'esprit ; celui qui est spirituel l'est jusque dans les choses de la chair.

Saint Augustin

La seule chose qu’on est sûr de ne pas réussir est celle qu’on ne tente pas

Paul Emile Victor

C’est une triste chose de songer que la nature parle et que le genre humain n’écoute pas.

Victor Hugo

Les antidépresseurs utiles seulement pour les dépressions sévères

Le Figaro observe que « les antidépresseurs sont probablement inutiles chez la grande majorité des patients à qui ils sont prescrits ». Le quotidien aborde ainsi une étude parue dans le Jama : « Jay Fournier (université de Pennsylvanie) et ses collègues ont repris 6 essais thérapeutiques comparant les effets d'un antidépresseur à ceux d'un placebo. Au total, leur analyse a inclus plus de 700 malades, atteints d'une forme plus ou moins grave de dépression ».

Le Figaro indique que ces patients « étaient traités soit par imipramine, soit par la paroxétine », puis note que « pour les patients avec une dépression très sévère, l'efficacité des antidépresseurs est bien supérieure à celle du placebo. En revanche, les bénéfices de ces molécules apparaissent minimes, voire inexistants, chez les personnes avec une dépression d'intensité légère ou modérée ».
Les auteurs de l’étude écrivent que « les prescripteurs, les décideurs et les consommateurs ne sont peut-être pas conscients du fait que l'efficacité de ces médicaments a été en grande partie établie sur la base d'études incluant exclusivement des patients avec des formes sévères de dépression. Ce fait important n'apparaît pas dans les messages de promotion de ces médicaments auprès des médecins et du public ».
Le Figaro livre la réaction de psychiatres français. Le Pr Chantal Henry (hôpital Chenevier, Créteil), note que « dans les dépressions sévères, ces médicaments sauvent des vies, il ne faut pas les stigmatiser ».
De son côté, le Pr Jean-Pierre Olié (hôpital Sainte-Anne, Paris), remarque que « nos outils cliniques de diagnostic de la dépression sont fragiles, et il peut y avoir une réelle difficulté à discriminer des symptômes dépressifs d'une dépression d'intensité légère ».
« Dans le doute, selon lui, il est préférable de ne pas prescrire d'antidépresseur d'emblée lors d'une première consultation »,
relève le journal.
Le quotidien rappelle qu’« en France, les prescriptions se sont stabilisées ces dernières années, après plusieurs décennies d'envolée ».

Date de la dépêche : 07 janvier 2010

Auteur : Laurent Frichet

Source : Le Figaro

Mentions légales