le journal de la santé naturelle et globale

inscription
à la Newsletter...

Faire un peu est mieux que ne rien faire. Faire un peu plus est mieux que faire un peu moins. Faire de son mieux et s'en réjouir reste l'essentiel.

L'ignorant n'est pas celui qui manque d'érudition mais celui qui se ne connaît pas lui-même.

Krishnamurti

De votre ami dites du bien ; de votre ennemi, ne dites rien.

Proverbe anglais

Je pensais regarder le monde, et c’est le monde qui me regarde.

Saint François d’Assise

Le plaisir se ramasse La joie se cueille Et le bonheur se cultive

Bouddha

L’espérance est un risque à courir

Georges Bernanos

Souvent au lieu de penser on se fait des idées

Louis Scutenaire

La folie est de se comporter toujours de la même manière et de s’attendre à des résultats différents.

Albert Einstein

La seule chose qu’on est sûr de ne pas réussir est celle qu’on ne tente pas

Paul Emile Victor

Peu importe si le début paraît petit

Henri David Thoreau

Des patchs à la nicotine contre Alzheimer ?

Le Nouvel Observateur s’intéresse à un « constat [qui] a longtemps fait l'objet d'une sorte d'omerta ». Le magazine relève en effet que « les études épidémiologiques, mesurant les effets désastreux du tabac, laissaient apparaître un insolite bénéfice : statistiquement, les fumeurs semblaient mieux protégés contre les maladies neurodégénératives, comme l'Alzheimer ou le Parkinson ».
« Or cela faisait désordre et risquait de brouiller le message anti-cigarettes », note l’hebdomadaire. Le Nouvel Observateur indique pourtant que « dès 1999, au nom de l'Assistance publique, le Pr Pierre Cesaro et le Dr Gabriel Villafane (service de neurologie, CHU Henri-Mondor de Créteil) déposaient une discrète demande de brevet revendiquant l'«utilisation de la nicotine à l'état pur comme médicament pour les maladies neurodégénératives» ».
Le Dr Villafane précise : « Les patchs nicotiniques sont conçus - et partiellement remboursés - pour un usage transitoire. Il ne nous est pas permis de les prescrire pour une autre indication, surtout pas indéfiniment ! ». Le magazine constate ainsi qu’« au CHU de Créteil, l'application de patchs jusque-là réservés aux fumeurs en sevrage apaise les patients souffrant de maladies neurodégénératives ».
« Après 4 mois de patchs à haute dose, les parkinsoniens constatent une rémission à 50% de leurs symptômes. […] Crampes des membres inférieurs (dystonie), dyskinésie (mouvements involontaires), tremblements caractéristiques... tout s'atténue », observe l’hebdomadaire.
Le Nouvel Observateur ajoute que « non seulement la progression de la maladie est enrayée, mais la poursuite de la cure nicotinique permet de basculer peu à peu de l'ancien et classique traitement antiparkinsonien à la L-dopa (1 200 euros par mois) jusqu'à la seule nicotine (200 euros par mois) ».

Le Nouvel Observateur, numéro 2307, Le 28 janvier 2009

Date de la dépêche : 28 janvier 2009

Auteur : Laurent Frichet - TSAVO PRESSE

Source : www.sf-neuro.org/ Le Nouvel Observateur, numéro 2307

Mentions légales