le journal de la santé naturelle et globale

inscription
à la Newsletter...

La tradition c’est le choix des expériences les meilleures.

Aristote

Soit on apprend à échouer, soit on échoue à apprendre.

Tal Ben Shahar

La vieillesse, c'est l'hiver pour les ignorants et le temps des moissons pour les sages.

Proverbe juif

Savoir se contenter de ce que l'on a : c'est être riche.

Lao-Tseu

Accepter les dépendances que nous impose la nature, c’est la sagesse, les aimer, c’est le bonheur.

Bernard Grasset

Celui qui a franchi le seuil de la porte a déjà parcouru une bonne partie du chemin.

Proverbe hollandais

La folie est de se comporter toujours de la même manière et de s’attendre à des résultats différents.

Albert Einstein

Ce qui ne se trouve pas en nous ne nous contrarie pas.

Hermann Hesse

Un pessimiste voit la difficulté dans chaque opportunité ; un optimiste voit l'opportunité dans chaque difficulté.

Sir Winston Churchill

Quand on dure assez longtemps on a vu tout et le contraire de tout.

Montaigne

Des patchs à la nicotine contre Alzheimer ?

Le Nouvel Observateur s’intéresse à un « constat [qui] a longtemps fait l'objet d'une sorte d'omerta ». Le magazine relève en effet que « les études épidémiologiques, mesurant les effets désastreux du tabac, laissaient apparaître un insolite bénéfice : statistiquement, les fumeurs semblaient mieux protégés contre les maladies neurodégénératives, comme l'Alzheimer ou le Parkinson ».
« Or cela faisait désordre et risquait de brouiller le message anti-cigarettes », note l’hebdomadaire. Le Nouvel Observateur indique pourtant que « dès 1999, au nom de l'Assistance publique, le Pr Pierre Cesaro et le Dr Gabriel Villafane (service de neurologie, CHU Henri-Mondor de Créteil) déposaient une discrète demande de brevet revendiquant l'«utilisation de la nicotine à l'état pur comme médicament pour les maladies neurodégénératives» ».
Le Dr Villafane précise : « Les patchs nicotiniques sont conçus - et partiellement remboursés - pour un usage transitoire. Il ne nous est pas permis de les prescrire pour une autre indication, surtout pas indéfiniment ! ». Le magazine constate ainsi qu’« au CHU de Créteil, l'application de patchs jusque-là réservés aux fumeurs en sevrage apaise les patients souffrant de maladies neurodégénératives ».
« Après 4 mois de patchs à haute dose, les parkinsoniens constatent une rémission à 50% de leurs symptômes. […] Crampes des membres inférieurs (dystonie), dyskinésie (mouvements involontaires), tremblements caractéristiques... tout s'atténue », observe l’hebdomadaire.
Le Nouvel Observateur ajoute que « non seulement la progression de la maladie est enrayée, mais la poursuite de la cure nicotinique permet de basculer peu à peu de l'ancien et classique traitement antiparkinsonien à la L-dopa (1 200 euros par mois) jusqu'à la seule nicotine (200 euros par mois) ».

Le Nouvel Observateur, numéro 2307, Le 28 janvier 2009

Date de la dépêche : 28 janvier 2009

Auteur : Laurent Frichet - TSAVO PRESSE

Source : www.sf-neuro.org/ Le Nouvel Observateur, numéro 2307

Mentions légales