le journal de la santé naturelle et globale

inscription
à la Newsletter...

Tout le monde croit que le fruit est l'essentiel de l'arbre quand, en réalité, c'est la graine.

Nietzsche

Le chute n'est pas un échec, l'échec est de rester là où on est tombé.

Socrate

Chacun de nous est sans limites ; chacun de nous est inévitable ; chacun de nous avec son droit sur la Terre.

Walt Whitman

Il y a trois grands mystères de la nature : l'air pour l'oiseau, l'eau pour le poisson et l'homme pour lui-même.

Proverbe hindou

Accepter, ce n’est pas la même chose que s’adapter tant bien que mal. Il n’est aucune histoire si terrible, aucun accident du sort… dont la nature humaine, par patience ne puisse venir à bout.

Euripide

Le sage ne s’afflige jamais des maux présents, mais emploie le présent pour en prévenir d’autres.

W. Shakespeare, Richard II

Sois calme et comprends, car tu te troubles et dans ta demeure intérieure tu atténues la lumière.

Saint Augustin

William Shakespeare

Ne pas chercher à ne pas souffrir ni à moins souffrir, mais à ne pas être altéré par la souffrance.

Simone Weil

Faire un peu est mieux que ne rien faire. Faire un peu plus est mieux que faire un peu moins. Faire de son mieux et s'en réjouir reste l'essentiel.

Ces maladies qui font rêver les laboratoires

La Tribune note dans un article qu’« oncologie, diabète, Alzheimer focalisent les efforts de recherche des industriels ».
Le journal relève que « les coûts sont élevés mais les retours sur investissement aussi ».
Le quotidien explique « dans le cas du cancer, l’intérêt des labos peut s’expliquer par l’ampleur de la maladie, qui est responsable de 12 % des décès dans le monde, et sa relative protection contre les génériques ».
La Tribune se penche sur « les coûts de développement » et la « complexité des procédés », retenant que « s’il intéresse tant les labos, c’est que le marché de l’oncologie leur permet de rentrer dans leurs frais ».
Le journal publie les propos d’Alain Gilbert, du cabinet de conseil Bionest, qui note qu’« une fois prouvée l’efficacité d’un produit, le rapport de prix par rapport à un médicament de ville peut être de 1 à 1 000 ».

Le 26 janvier 2009

Date de la dépêche : 26 janvier 2009

Auteur : Laurent Frichet - TSAVO PRESSE

Source : www.sf-neuro.org/La Tribune

Mentions légales