le journal de la santé naturelle et globale

inscription
à la Newsletter...

Qui craint de souffrir, souffre déjà de ce qu'il craint.

Montaigne

Tu ne changeras jamais les choses en combattant ce qui existe déjà. Pour changer les choses, construis un nouveau modèle qui rendra l’ancien obsolète.

Buckminster Fuller

Le plaisir se ramasse La joie se cueille Et le bonheur se cultive

Bouddha

Sois content dès qu’une petite chose progresse.

Marc Aurèle

Celui qui est charnel l'est jusque dans les choses de l'esprit ; celui qui est spirituel l'est jusque dans les choses de la chair.

Saint Augustin

L'avenir n'est jamais que du présent à mettre en ordre. Tu n'as pas à le prévoir mais à le permettre.

Antoine de Saint Exupéry - Extrait de ses Mémoires du large

La seule chose qu’on est sûr de ne pas réussir est celle qu’on ne tente pas

Paul Emile Victor

Nous avons inventé la vitesse et nous tournons en rond.

Charlie Chaplin

Accepter, ce n’est pas la même chose que s’adapter tant bien que mal.

Swami Prajnanpad

Que la force me soit donnée de supporter ce qui ne peut être changé et le courage de changer ce qui peut l'être mais aussi la sagesse de distinguer l'un de l'autre

Marc Aurèle

Traitements : sortir du tout-médicament

Sandrine Cabut observe dans Le Figaro que « jusqu’ici, en médecine, traitement rime surtout avec médicaments. Mais à l’heure où tout le système a volé en éclats suite à l’affaire du Mediator, […] un récent rapport de la Haute Autorité de santé propose de sortir de la logique du tout-pharmacologie et de changer de regard sur les thérapeutiques non médicamenteuses ».

La journaliste explique que « le groupe de travail s’est focalisé sur les maladies cardio-vasculaires et les insomnies, des pathologies fréquentes où les recommandations de prise en charge (émanant de la HAS ou de sociétés savantes) incluent justement des solutions non médicamenteuses ».
Sandrine Cabut constate que « les conclusions du rapport sont éloquentes : les freins sont bien plus nombreux que les données. Qu’il s’agisse de la diffusion de ces thérapeutiques ou de leur efficacité comparativement à celles des molécules, les connaissances sont pour le moins limitées. Par exemple, quand des règles hygiéno-diététiques ou une psychothérapie sont mentionnées dans des guides de bonne pratique, il s’agit le plus souvent de recommandations de grade C, correspondant à un «faible niveau de preuve scientifique» ». 
La journaliste remarque qu’« en revanche, les obstacles à leur développement, d’abord d’ordre sociétal et culturel, sont eux bien connus. La consultation médicale s’articule autour de la prescription médicamenteuse. Symboliquement, celle-ci légitime l’état pathologique d’un patient, alors qu’une prescription non médicamenteuse «pourrait être perçue comme une remise en question de l’authenticité de la plainte» ».
« Est aussi souligné le manque d’information et d’adhésion des patients et des médecins. Surtout, estime la HAS, le mode de financement des soins de ville est peu incitatif aux prescriptions non médicamenteuses, qui prennent du temps et de l’énergie aux praticiens. Dans le système actuel, elles peuvent être aussi coûteuses pour les patients »
, poursuit Sandrine Cabut.
La journaliste indique que « pour lever les freins, la HAS fait de multiples propositions, à commencer par l’incitation à inscrire les thérapeutiques complémentaires sur les ordonnances. Le médecin pourrait y être aidé par des brochures d’information pour ses patients. Il est aussi préconisé d’améliorer l’information des praticiens sur les offres, de mener des études ».
« Mais le nerf de la guerre est principalement économique. À travers la question des traitements non médicamenteux, c’est une fois encore celle plus globale de l’évolution des modes de rémunération des praticiens qui est posée », 
conclut Sandrine Cabut.
De son côté, La Croix aborde « le traitement de choc de l’Igas pour réformer la politique du médicament », et note que « c’est maintenant à Xavier Bertrand de trancher », rappelant que « ce matin, le ministre de la Santé doit présenter sa réforme de la politique du médicament ».
L’Humanité revient aussi sur ces rapports de l’Igas et de la mission parlementaire sur le Mediator, rendus publics ces derniers jours, et qui proposent de « reconstruire le système du médicament ».


Date de la dépêche : 10 juillet 2011

Auteur : Laurent Frichet

Source : Le Figaro, La Croix, L’Humanité

Mentions légales