le journal de la santé naturelle et globale

inscription
à la Newsletter...

Le meilleur en la vie est gratuit.

Albert Schweitzer

Le bonheur, c’est de continuer à désirer ce qu’on possède

Saint-Augustin

L'oeuvre d'art éveille continuellement en nous une soif et une source.

Paul Valéry

Etudier sans méditer est vain. Méditer sans étudier est périlleux.

Confucius

Le sage n’a aucune autre consistance que celle qui est dévolue au potier.

François Roustang

La vie de chacun de nous n’est pas une tentative d’aimer, elle est l’unique essai.

Pascal Quignard

La seule chose qu’on est sûr de ne pas réussir est celle qu’on ne tente pas

Paul Emile Victor

Il faut un obstacle nouveau pour un savoir nouveau.

Henri Michaux

Le monde est un spectacle à regarder et non un problème à résoudre.

Jules de Gaultier de Laguionie

La folie est de se comporter toujours de la même manière et de s’attendre à des résultats différents.

Albert Einstein

Des pistes pour sortir du "tout médicament"

Pascale Santi remarque dans Le Monde que « la Haute Autorité de santé veut favoriser le développement d'autres thérapeutiques ».

La journaliste explique en effet que « dans un rapport intitulé "Développement de la prescription de thérapeutiques non médicamenteuses validées", la Haute Autorité de santé fait le point sur les freins au développement de ce type de prescription et les pistes à apporter ».
La HAS indique que « sortir d’une prise en charge essentiellement centrée sur le médicament et de l’influence symbolique qu’il exerce constitue un enjeu de santé publique ».
Pascale Santi rappelle que « de nombreuses études montrent les effets de l’alimentation et du sport sur la santé », mais observe que « les freins sont nombreux : 90% des consultations se terminent par une ordonnance ». La HAS relève ainsi que « la prescription médicamenteuse semble légitimer l’état pathologique du patient. Elle confirme son statut de "malade" et témoigne du bien-fondé de sa plainte ».
La journaliste note que « ces freins sont aussi du côté du patient », la HAS précisant que ces pratiques non allopathiques « impliquent des efforts coûteux en termes financiers et de temps, de motivation ».
« Du côté des médecins, rares sont ceux qui proposent ces thérapeutiques. Ils sont souvent mal informés et "privilégient les canaux d’information émanant de l’industrie", indique la HAS. Autre frein, le manque de temps, mis en avant par les médecins », 
continue Pascale Santi.
La journaliste souligne entre autres que « la HAS propose plusieurs pistes : inscrire sur l’ordonnance les prescriptions en matière de pratiques non médicamenteuses au même titre que les médicaments. Et de nouveaux modes de rémunération des médecins sont à étudier ».
Clémence Thébaut, chef de projet à la HAS, précise pour sa part qu’« il faudrait de nouvelles données sur l’efficacité de ces thérapeutiques, difficiles à mesurer ».


Date de la dépêche : 19 juin 2011

Auteur : Laurent Frichet

Source : Le Monde

Mentions légales