le journal de la santé naturelle et globale

inscription
à la Newsletter...

Je ne m´attends pas à trouver un saint aujourd´hui. Si je pouvais seulement trouver un sage, je m´en contenterais.

Confucius

Qui se blesse soi-même ne se manque jamais.

Proverbe berbère

Notre peur la plus profonde n’est pas que nous ne soyons pas à la hauteur, Notre peur la plus profonde est que nous sommes puissants au-delà de toute limite, C’est notre propre lumière et non pas notre obscurité qui nous effraie le plus.

Nelson Mandela

Accepter, ce n’est pas la même chose que s’adapter tant bien que mal.

Swami Prajnanpad

La seule chose promise d'avance à l'échec est celle que l'on ne tente pas.

Paul Emile Victor

Le bonheur dépend de nous seuls.

Aristote

Personne ne peut vous révéler plus que ce qui repose déjà dans l'aube de vos connaissances.

Khalil Gibran

Méditer, c’est s’abriter dans le présent.

Fabrice Midal

Si quelqu’un me guérit et me retire mon mal, j’entends aussi qu’il me hisse au niveau de conscience que j’aurais atteint si j’avais moi-même résolu ce que ce mal devait m’apprendre. Sinon, s’il me laisse dans le même état de conscience après m’avoir retiré mon mal, il me vole l’outil de croissance que peut être cette maladie.

Yvan Amar

Je marche pour savoir où je vais

Goethe

Le Distilbène, nocif sur trois générations

C’est ce qu’indique Marc Payet dans Le Parisien. Le journaliste explique que « le Pr Charles Sultan, pédiatre-endocrinologue au CHU de Montpellier, a étudié les effets du Distilbène sur les petits-enfants des femmes traitées » par cette hormone de synthèse, prescrite en France jusqu’en 1977 pour éviter les fausses couches.

Le spécialiste a présenté hier cette étude, notant que « les effets du Distilbène se font sentir sur la troisième génération. C’est tout à fait nouveau ».
Le Pr Sultan a précisé que « les petits garçons dont la grand-mère maternelle a pris du Distilbène pendant sa grossesse ont 50 fois plus de risque d’avoir des problèmes de malformation du pénis que les autres ».
Marc Payet livre la réaction du fabricant, le laboratoire UCB Pharma. Son directeur général, Mohamed Chaoui, déclare qu’« UCB Pharma a toujours assumé ses responsabilités quand elles sont établies. Mais, à notre connaissance, il n’y a aucun lien scientifique d’établi entre le Distilbène et la troisième génération de personnes concernées ».
Le journaliste ajoute qu’« une nouvelle étude montre que ce médicament a pu aussi créer des schizophrénies et des troubles suicidaires », en plus des malformations génitales et cancers du col de l’utérus.
Le Dr Marie-Odile Gobillard, de l'association Hhorages, qui « regroupe les victimes du Distilbène », a indiqué avoir « recueilli le témoignage de 1 610 filles et fils Distilbène. Sur ce total, plus de la moitié ont des troubles psychiatriques, 431 ont des troubles psychiatriques et physiques, et 176 ont des troubles physiques. Seulement 122 enfants sur 1 610 n’ont aucun symptôme ». 

Date de la dépêche : 09 juin 2011

Auteur : Laurent Frichet

Source : Le Parisien

Mentions légales