le journal de la santé naturelle et globale

inscription
à la Newsletter...

La gratitude n'est pas seulement la plus grande des vertus, c'est aussi la mère de toutes les autres.

Cicéron

Balayer est un art en soi.

Gandhi

Il arrive que les grandes décisions ne se prennent pas, mais se forment d’elles-mêmes.

Henri Bosco

Qu’est-ce que le bonheur, sinon le simple accord entre un être et l’existence qu’il mène.

Albert Camus

Etudier sans méditer est vain. Méditer sans étudier est périlleux.

Confucius

La Nature, pour être commandée, doit être obéie.

Francis Bacon

Pour expliquer un brin de paille, il faut démonter tout l’univers

Remy de Gourmont

Un pessimiste voit la difficulté dans chaque opportunité ; un optimiste voit l'opportunité dans chaque difficulté.

Sir Winston Churchill

Celui qui se nourrit de rêves, le vent l'emporte.

Proverbe turque

Savoir se contenter de ce que l'on a : c'est être riche.

Lao-Tseu

Parkinson : « Sanction pour un médicament rendant accro au sexe et au jeu »

Le Figaro note que « le tribunal de Nantes a donné raison [hier] à Didier Jambart, un homme de 51 ans atteint de la maladie de Parkinson, qui demandait réparation au laboratoire GlaxoSmithKline fabriquant un médicament contre cette maladie dont les effets secondaires l'avaient rendu accro au sexe et au jeu ».

Le journal indique que « le laboratoire, fabricant du Requip, a été condamné par la chambre civile du tribunal de grande instance à verser 117.000 euros à M. Jambart ainsi que 11.315 euros à la CPAM ».
Le Figaro explique qu’« entre 2003 et 2005, lorsque M. Jambart prenait le Requip, la notice à l'attention de l'usager ne mentionnait pas ces effets secondaires d'addiction au jeu ou d'hypersexualité, ce qui a conduit le tribunal à estimer que le Requip était, en raison de cette omission, "un produit défectueux". Ces effets indésirables sont désormais mentionnés dans la notice qui accompagne le médicament ».
Libération aborde aussi cette « sanction pour un médicament rendant accro au sexe et au jeu ».
Le journal note que « selon les avocats du plaignant, «plusieurs centaines» de malades se sont plaints d’addictions similaires ».
Le Parisien se penche également sur cette « première en France », et remarque que « certains experts estiment que, dans 15% des cas, ce médicament modifie le comportement des patients. Mais il est, pour l’instant, maintenu sur le marché ».
Le quotidien fait savoir que l’avocat de Didier Jambart, Antoine Béguin, « a 15 autres dossiers de plaintes déposées par des usagers mécontents des conséquences inattendues du Requip. […] Il s’agit de personnes dont l’attitude a totalement changé à la suite de le prise de ce médicament, et qui ont pu commettre des agressions ou faire des tentatives de suicide ».
L’avocat précise que ces plaintes « concernent des patients qui ont pris du Requip avant 2006. A l’époque, le laboratoire ne mentionnait pas ses effets secondaires possibles ».


Date de la dépêche : 10 juin 2011

Auteur : Laurent Frichet

Source : Libération, Le Figaro, Le Parisien

Mentions légales