le journal de la santé naturelle et globale

inscription
à la Newsletter...

Pour toute action : quoi, pourquoi et comment ?

Swami Prajnanpad

Il n’est pas une seule chose qui échappe au moment présent.

Dogen

On crée pour se compléter.

Henri Delacroix

La personne qui entre d'un côté de l'expérience méditative n'est pas la même que celle qui sort de l'autre côté.

Gunaratana

Il y a beaucoup de gens dont la facilité de parler ne vient que de l'impuissance de se taire.

Edmond Rostand

Tout ce que nous voyons pourrait aussi être autrement.

Ludwig Wittgenstein

Accepter, ce n’est pas la même chose que s’adapter tant bien que mal. Il n’est aucune histoire si terrible, aucun accident du sort… dont la nature humaine, par patience ne puisse venir à bout.

Euripide

Le premier ennemi à combattre est à l'intérieur de soi. Souvent, c'est le seul.

Christine Orban

Peu importe si le début paraît petit

Henri David Thoreau

Ne pas chercher à ne pas souffrir ni à moins souffrir, mais à ne pas être altéré par la souffrance.

Simone Weil

À la surprise générale, l’Assemblée vote l’interdiction des phtalates et du parabène

e Figaro indique qu’« à la surprise générale, l’Assemblée nationale a adopté [hier] en première lecture une proposition de loi du Nouveau Centre interdisant «la fabrication, l’importation, la vente ou l’offre de produits contenant des phtalates, des parabènes ou des alkylphénols» ».

Le journal note que ces substances « sont classées CMR, autrement dit «cancérigènes, mutagènes ou toxiques pour la reproduction» », le rapporteur du texte, Yvan Lachaud, relevant que « certaines de ces substances suscitent aujourd’hui des interrogations quant à leurs effets sur notre organisme notamment comme perturbateurs du système endocrinien ».
Le Figaro rappelle que « la proposition avait pourtant été rejetée lors de son examen par la commission des affaires sociales le 5 avril, ce qui aurait dû préfigurer un vote identique en séance publique. Le 14 avril, le ministre de la Santé, Xavier Bertrand, avait proposé d’attendre le résultat d’expertises avant d’interdire ces substances, jugeant «prématurée» la proposition de loi ».
« Toutefois, certains phtalates sont d’ores et déjà prohibés, notamment ceux qui se trouvent dans les jouets », 
poursuit le quotidien.
Le ministère de l’Ecologie remarque de son côté : « On comprend l'inquiétude des parlementaires sur ces questions sensibles. C'est la raison pour laquelle nous avons commandé une étude sur l'impact du bisphénol A auprès de l'Anses, qui doit rendre ses travaux en juin », mais estime qu’« une interdiction simple sans discrimination d'utilisation est excessive ».
Yvan Lachaud déclare quant à lui que « l'adoption en l'état de la proposition de loi susciterait de nombreuses difficultés, en particulier pour la filière plastique. Il faudrait donc l'affiner afin de retenir non des familles de substances mais seulement les composés les plus dangereux ».
Le Parisien note aussi qu’« à la surprise générale, et contre l’avis du gouvernement, l’Assemblée nationale a adopté hier une proposition de loi interdisant l’utilisation de perturbateurs endocriniens comme les phtalates et les parabènes ».
Le journal retient également que « si le Sénat confirme le vote des députés, cette décision sera extrêmement lourde de conséquences. Ces substances chimiques […] sont en effet employées par les industriels dans des centaines de produits ».

Date de la dépêche : 09 juin 2011

Auteur : Laurent Frichet

Source : Le Figaro, Le Parisien, Libération

Mentions légales