le journal de la santé naturelle et globale

inscription
à la Newsletter...

L'esprit a beau faire plus de chemin que le coeur, il ne va jamais si loin.

Proverbe chinois

Si la moitié de nos souhaits étaient exaucés, nos soucis seraient doublés.

Benjamin Franklin

Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risques. Choisis ton risque. A te regarder, ils s'habitueront.

René Char

Tout le problème de ce monde c’est que les idiots et les fanatiques sont toujours sûrs d’eux tandis que les sages sont pleins de doutes.

Bertrand Russell

Que fait-on quand un problème est insoluble ? On change le problème.

Jean Monnet

Il y a trois grands mystères de la nature : l'air pour l'oiseau, l'eau pour le poisson et l'homme pour lui-même.

Proverbe hindou

La seule chose promise d'avance à l'échec est celle que l'on ne tente pas.

Paul Emile Victor

Béni est celui qui a trouvé sa tâche. Qu’il ne cherche pas d’autre félicité.

Thomas Carlyle

Celui qui est charnel l'est jusque dans les choses de l'esprit ; celui qui est spirituel l'est jusque dans les choses de la chair.

Saint Augustin

Le mental vit dans un cercle vicieux. Il crée lui-même les problèmes et essaie ensuite de les résoudre.

Swami Prajnanpad

Avastin et Lucentis : seul le prix ferait la différence

C’est ce que remarque Martine Perez dans Le Figaro. La journaliste note que « non seulement [les deux médicaments] auraient le même effet thérapeutique en injection intraoculaire contre la DMLA [dans sa forme dite humide], comme vient de le prouver une étude publiée la semaine dernière dans le New England Journal of Medicine, mais en plus leurs effets secondaires seraient du même ordre ».

Martine Perez se penche ainsi sur la suite de cette étude qui porte sur plus de 1 000 patients traités, dévoilée ce week-end lors d’un congrès aux Etats-Unis, et qui « dévoile maintenant les résultats au bout de 2 ans et non plus d’un an ».
La journaliste précise que « le taux d’accidents vasculaires cérébraux est de 1,2% dans les deux groupes, celui d’attaques cardiaques est de 1,7% et 2,2% et la mortalité globale de 2,8% et de 2,9%, respectivement pour le Lucentis et l’Avastin ».
« Des chiffres élevés, mais qui correspondent à ce que l’on peut attendre dans la tranche d’âge des patients ainsi traités, qui ont souvent plus de 75 ans », 
poursuit Martine Perez.
La journaliste retient donc que « la grande différence entre les deux médicaments est leur prix : le Lucentis, seul autorisé contre la DMLA partout dans le monde, coûte plus de 1 000 € la dose, alors que l’Avastin, qui n’est pas homologué dans cette maladie, ne vaudrait pas plus que 30 € ».
Martine Perez s’interroge : « Que vont faire les autorités sanitaires françaises ? Pour l’instant, elles attendent les autres études indépendantes qui comparent les deux médicaments, et notamment celle coordonnée par les hospices civils de Lyon dont l’investigateur principal est le Pr Laurent Kodjikian ».
Le Pr Gilles Aulagner (pharmacologue, Hospices civils de Lyon), remarque que « grâce à l’Afssaps, cette étude française comparant l’Avastin et le Lucentis, dite Gefal, est en cours. Elle inclura 600 patients. Les premiers résultats seront disponibles fin 2011. À l’issue de ces travaux, les autorités sanitaires pourraient accorder un remboursement à l’Avastin en milieu hospitalier même si le laboratoire ne le demande pas ».


Date de la dépêche : 22 mai 2011

Auteur : Laurent Frichet

Source : Le Figaro / neuroScoop

Mentions légales