le journal de la santé naturelle et globale

inscription
à la Newsletter...

Qui craint de souffrir, souffre déjà de ce qu'il craint.

Montaigne

Le premier ennemi à combattre est à l'intérieur de soi. Souvent, c'est le seul.

Christine Orban

Le mental vit dans un cercle vicieux. Il crée lui-même les problèmes et essaie ensuite de les résoudre.

Swami Prajnanpad

Le hasard ne favorise que les esprits préparés.

Pascal

L’avenir, tu n’as pas à le prévoir, tu as à le permettre.

Antoine de Saint Exupéry

Il faut un obstacle nouveau pour un savoir nouveau.

Henri Michaux

Tu connais l’utilité mais connais-tu l’utilité de l’inutile ?

Lao Tseu

La santé se mérite, se gagne et se défend jour après jour par des méthodes prévues par la Nature et non par la médecine.

Hippocrate

Quand on dure assez longtemps on a vu tout et le contraire de tout.

Montaigne

Tu ne peux pas voyager sur un chemin sans être toi-même le chemin

Bouddha

Un lien entre surpoids et fertilité

Le Parisien fait savoir que « selon une étude menée auprès de 2 000 Français âgés de 24 à 48 ans, le surpoids joue sur la fertilité des hommes ».

Le journal indique que « le Dr Paul Cohen Bacrie, responsable de la procréation médicalement assistée au laboratoire d’Eylau, à Paris, a coordonné cette enquête. […] Il explique que «plus le poids des patients est important, moins leurs spermatozoïdes sont mobiles» ».
Le Parisien ajoute que « les chercheurs ont observé que ce phénomène s’accentue lorsque les patients sont obèses » ; ils « ont aussi observé que les sujets très maigres pâtissaient, eux aussi, d’une fertilité inférieure à la moyenne ».
Le Dr Cohen Bacrie note donc qu’« il faut prêter attention à la qualité de sa nutrition et à son poids pour optimiser les chances d’avoir un enfant ».
Le quotidien précise que « le surpoids est un facteur qui joue sur la fertilité, mais il n’est évidemment pas le seul », puis indique que « les chercheurs estiment que ce lien entre le poids et l’infertilité serait dû à des effets hormonaux ». Le Dr Cohen Bacrie écrit ainsi que « l’excès de graisse entraîne une modification endocrinienne. Cela baisse la qualité du sperme ».

Date de la dépêche : 29 septembre 2011

Auteur : Laurent Frichet

Source : Le Parisien

Mentions légales