le journal de la santé naturelle et globale

inscription
à la Newsletter...

Ce qui ne se trouve pas en nous ne nous contrarie pas.

Hermann Hesse

La vie de chacun de nous n’est pas une tentative d’aimer, elle est l’unique essai.

Pascal Quignard

Il faut toujours viser la lune car, même en cas d'échec, on atterrit dans les étoiles.

Oscar Wilde

La richesse consiste bien plus dans l’usage qu’on en fait que dans la possession.

Aristote

La pauvreté, c'est le maximum d'effort pour le minimum de résultat. La richesse, c'est le minimum d'effort pour le maximum de résultat

Pascal

Quand ton esprit n’est pas encombré de choses inutiles, c’est la meilleure saison de la vie.

Wu-men

L'homme est né libre, de ses penchants il se construit une prison, sans s'en rendre compte, il en devient prisonnier.

Khalil Gibran

A la fin de chaque vérité il faut ajouter que l’on se souvient de la vérité opposée.

Pascal

Le réel montre plus de relationnel que de rationnel.

Michel Serres

Romain Rolland

Un diabète d'origine maternelle ?

Pour la Science s’interroge : « Et si le syndrome métabolique, incluant l'obésité, le diabète et l'hypertension, était en partie dû à ce que mange la mère pendant la grossesse ? ».

Le mensuel note que « des études épidémiologiques ont montré que l'environnement intra-utérin, en particulier l'alimentation maternelle, participait à ce syndrome chez l'homme adulte. Restait à trouver des preuves biologiques du lien entre ces troubles et l'alimentation maternelle ».
Pour la Science fait savoir que « des biologistes de l'Unité de nutrition humaine, à Clermont-Ferrand, de l'Institut du cerveau et de la moelle épinière et de l'Institut Cochin, à Paris, les ont obtenues chez la souris ».(C. Jousse et al., Perinatal undernutrition affects the methylation and expression of the leptin gene in adults : implication for the understanding of metabolic syndrome, The FASEB Journal, doi: 10.1096/fj.11-181792)
Le magazine explique que les chercheurs « ont soumis des souris gestantes soit à un régime normal (une alimentation contenant soit 22% de protéines), soit à un régime pauvre en protéines (10% de protéines). Les petits ont «subi» les régimes de leur mère du premier jour de gestation jusqu'au sevrage, puis ils ont reçu une alimentation normale ».
Pour la Science indique qu’« arrivés à l'âge adulte, les souriceaux dont les mères avaient une alimentation pauvre en protéines présentent un équilibre métabolique paradoxal : ils ont un poids plus faible que les souriceaux «normaux», mais ils mangent plus qu'eux ».
Le mensuel précise que ce « régime alimentaire pauvre en protéines durant la gestation et l'allaitement modifie chez les souriceaux l'expression du gène de la leptine, une hormone impliquée dans le métabolisme », qui « participe à l'équilibre alimentaire en contrôlant le métabolisme énergétique et l'appétit ».
Pour la Science retient qu’une « modification dite épigénétique perturbe l'expression normale du gène de la leptine et l'équilibre métabolique des souriceaux. Ainsi, une différence de régime alimentaire des mères peut engendrer des modifications de l'expression des gènes des petits, sans que les gènes ne soient mutés. […] Les conséquences à long terme sont dans ce cas néfastes, et pourraient se transmettre à la descendance ; mais ce dernier point reste à vérifier ».

Date de la dépêche : 29 septembre 2011

Auteur : Laurent Frichet

Source : Pour la Science, juillet 2011

Mentions légales