le journal de la santé naturelle et globale

inscription
à la Newsletter...

La violence est ce qui ne parle pas.

Gilles Deleuze

Si la moitié de nos souhaits étaient exaucés, nos soucis seraient doublés.

Benjamin Franklin

Attendre d'en savoir assez pour agir en toute lumière, c'est se condamner à l'inaction.

Jean Rostand

Tu cesseras de craindre en cessant d’espérer

Sénèque

Soit on apprend à échouer, soit on échoue à apprendre.

Tal Ben Shahar

Etudier sans méditer est vain. Méditer sans étudier est périlleux.

Confucius

Le plaisir peut s’appuyer sur l’illusion, mais le bonheur repose sur la réalité.

Chamfort

Les gens ont toujours peur de la nouveauté. Pour faire du neuf, il faut se donner le droit à l'erreur.

Björk

De nos maladies, la plus sauvage est de mépriser notre être.

Montaigne

Que vaut une vie qui s’oublie pour en singer une autre ?

Patrick Chamoiseau

Les femmes accouchent plus lentement qu'avant

C’est ce qu’indique Le Figaro, qui fait savoir que « donner naissance dure en moyenne 2 heures de plus qu'il y a 50 ans, selon une étude américaine [parue dans le Journal of Obstetrics Gynecology]. En cause, l'évolution des techniques médicales et du profil des futures mères ».

Le journal relève ainsi que « les chercheurs de l'Institut national américain de la santé ont comparé quelque 40.000 accouchements qui ont eu lieu entre 1959 et 1966 à environ 100.000 accouchements réalisés entre 2002 et 2008. En observant les bébés nés dans les années 2000, ils ont constaté que les médecins avaient davantage besoin d'intervenir qu'auparavant ».
Le Figaro explique que « lorsque la dilatation du col de l'utérus ralentit ou quand les contractions tendent à s'arrêter pendant plusieurs heures, les professionnels de santé ont besoin d'administrer aux mamans presque 3 fois plus d'hormone ocytocine, destinée à relancer l'accouchement, qu'avant ».
« Les auteurs de l'étude se sont demandé pourquoi les femmes d'aujourd'hui prenaient plus de temps à mettre au monde leurs enfants. […] Cette différence tiendrait à l'évolution des pratiques dans les services de maternité. Les femmes cherchent de plus en plus à atténuer les douleurs liées à l'accouchement et optent davantage pour la péridurale (plus de la moitié des cas aujourd'hui contre 4% en 1960) reconnue pour allonger le temps de travail de 55% », 
souligne le quotidien.
Le Figaro remarque qu’« à cela s'ajoute une augmentation du poids des mamans et des bébés. Les femmes d'aujourd'hui ont un indice de masse corporel plus élevé (24,6) avant leur grossesse que dans les années 1960 (23), sachant qu'à 25, la personne est considérée en surpoids. L'étude rappelle que l'obésité reste un facteur de risque pour la mère et le bébé et peut engendrer des complications lors de l'accouchement ».
Le journal continue : « Les bébés pèsent aussi plus lourd que leurs aînés au même âge, ce qui peut parfois ralentir la sortie du bébé quand le col de l'utérus n'est pas assez dilaté. Enfin, les femmes accouchent plus tardivement (en moyenne à 26,8 ans contre 24,1 ans en 1960) ».
Le Dr Katherine Laughon, épidémiologiste à l'Institut de la santé des enfants (Washington) et principal auteur de l'étude, note ainsi que « les mères plus âgées ont tendance à prendre plus de temps pour donner naissance à leur bébé ».


Date de la dépêche : 12 avril 2012

Auteur : Laurent Frichet

Source : Le Figaro

Mentions légales