le journal de la santé naturelle et globale

inscription
à la Newsletter...

Qui se blesse soi-même ne se manque jamais.

Proverbe berbère

Le sage ne s’afflige jamais des maux présents, mais emploie le présent pour en prévenir d’autres.

W. Shakespeare, Richard II

Le meilleur en la vie est gratuit.

Albert Schweitzer

Tu connais l’utilité mais connais-tu l’utilité de l’inutile ?

Lao Tseu

De nos maladies, la plus sauvage est de mépriser notre être.

Montaigne

Nous nous rendons pitoyables ou nous nous rendons forts. La quantité de travail à fournir est la même.

Carlos Castaneda

Chacun de nous est sans limites ; chacun de nous est inévitable ; chacun de nous avec son droit sur la Terre.

Walt Whitman

Je marche pour savoir où je vais

Goethe

Ecouter, c’est être attentif à quelqu’un qui souffre, ce n’est pas lui donner une solution ou une explication à sa souffrance, c’est lui permettre de la dire et de trouver lui-même son propre chemin pour s’en libérer.

La maladie, sa racine hébraïque « malaha » le révèle, consiste à tourner en rond.

Christiane Singer

Les femmes accouchent plus lentement qu'avant

C’est ce qu’indique Le Figaro, qui fait savoir que « donner naissance dure en moyenne 2 heures de plus qu'il y a 50 ans, selon une étude américaine [parue dans le Journal of Obstetrics Gynecology]. En cause, l'évolution des techniques médicales et du profil des futures mères ».

Le journal relève ainsi que « les chercheurs de l'Institut national américain de la santé ont comparé quelque 40.000 accouchements qui ont eu lieu entre 1959 et 1966 à environ 100.000 accouchements réalisés entre 2002 et 2008. En observant les bébés nés dans les années 2000, ils ont constaté que les médecins avaient davantage besoin d'intervenir qu'auparavant ».
Le Figaro explique que « lorsque la dilatation du col de l'utérus ralentit ou quand les contractions tendent à s'arrêter pendant plusieurs heures, les professionnels de santé ont besoin d'administrer aux mamans presque 3 fois plus d'hormone ocytocine, destinée à relancer l'accouchement, qu'avant ».
« Les auteurs de l'étude se sont demandé pourquoi les femmes d'aujourd'hui prenaient plus de temps à mettre au monde leurs enfants. […] Cette différence tiendrait à l'évolution des pratiques dans les services de maternité. Les femmes cherchent de plus en plus à atténuer les douleurs liées à l'accouchement et optent davantage pour la péridurale (plus de la moitié des cas aujourd'hui contre 4% en 1960) reconnue pour allonger le temps de travail de 55% », 
souligne le quotidien.
Le Figaro remarque qu’« à cela s'ajoute une augmentation du poids des mamans et des bébés. Les femmes d'aujourd'hui ont un indice de masse corporel plus élevé (24,6) avant leur grossesse que dans les années 1960 (23), sachant qu'à 25, la personne est considérée en surpoids. L'étude rappelle que l'obésité reste un facteur de risque pour la mère et le bébé et peut engendrer des complications lors de l'accouchement ».
Le journal continue : « Les bébés pèsent aussi plus lourd que leurs aînés au même âge, ce qui peut parfois ralentir la sortie du bébé quand le col de l'utérus n'est pas assez dilaté. Enfin, les femmes accouchent plus tardivement (en moyenne à 26,8 ans contre 24,1 ans en 1960) ».
Le Dr Katherine Laughon, épidémiologiste à l'Institut de la santé des enfants (Washington) et principal auteur de l'étude, note ainsi que « les mères plus âgées ont tendance à prendre plus de temps pour donner naissance à leur bébé ».


Date de la dépêche : 12 avril 2012

Auteur : Laurent Frichet

Source : Le Figaro

Mentions légales