le journal de la santé naturelle et globale

inscription
à la Newsletter...

De la simplicité, de la simplicité, de la simplicité ! Oui, que vos affaires soient comme deux ou trois, et non cent ou mille.

Henry David Thoreau

Ne pas chercher à ne pas souffrir ni à moins souffrir, mais à ne pas être altéré par la souffrance.

Simone Weil

Ne dis pas peu de choses en beaucoup de mots, mais dis beaucoup de choses en peu de mots.

Pythagore

Accepter, ce n’est pas la même chose que s’adapter tant bien que mal. Il n’est aucune histoire si terrible, aucun accident du sort… dont la nature humaine, par patience ne puisse venir à bout.

Euripide

Souvent au lieu de penser on se fait des idées

Louis Scutenaire

L´homme pressé cherche la porte et passe devant.

Goethe

La pauvreté, c'est le maximum d'effort pour le minimum de résultat. La richesse, c'est le minimum d'effort pour le maximum de résultat

Pascal

Je ne m´attends pas à trouver un saint aujourd´hui. Si je pouvais seulement trouver un sage, je m´en contenterais.

Confucius

On n'a pas encore découvert que la nature est plus en profondeur qu'en surface.

Cézanne

Nous nous rendons pitoyables ou nous nous rendons forts. La quantité de travail à fournir est la même.

Carlos Castaneda

L’allaitement maternel est bénéfique pour la mère et l’enfant

Anne Prigent note dans Le Figaro qu’« en France, environ 65% des femmes allaitent à la sortie de maternité. Mais 7 sur 10 arrêtent dès qu’elles reprennent le travail. Soit 2 mois et demi après la naissance. Bien avant les 6 mois recommandés par l’OMS ».

« Dans les pays les plus pauvres, l’allaitement permet en effet de diminuer considérablement la mortalité infantile par infections. En France, l’état de santé des nouveau-nés ne nécessite pas les mêmes précautions mais les bénéfices reconnus du lait maternel pour la future santé du nourrisson sont «dose-dépendants». C’est pourquoi les pédiatres insistent sur la nécessité de poursuivre l’allaitement jusqu’à au moins 3 mois », remarque la journaliste.
Anne Prigent souligne que « dans un rapport publié en 2009, l’Académie de médecine rappelait que l’allaitement prévient, à court et long terme, les diarrhées, les otites aiguës ou encore les infections respiratoires sévères. L’Académie souligne également que l’allaitement est bénéfique pour le développement sensoriel et intellectuel des nourrissons, diminue le risque d’eczéma à court et à long terme ».
« Il prévient, en outre, les risques ultérieurs d’obésité, de certains diabètes et des maladies cardiovasculaires chez l’adulte, même si l’influence du mode d’alimentation des nourrissons sur l’état de santé futur est difficile à démontrer »,
poursuit la journaliste. Anne Prigent ajoute que « nourrir son enfant au sein a aussi des retombées positives pour la mère, souligne l’Académie de médecine : la perte de poids et la diminution de la masse graisseuse est plus rapide dans les six premiers mois après l’accouchement. À plus long terme, l’allaitement diminuerait le risque de cancer du sein et de l’ovaire. Autre avantage : nourrir son enfant au sein ne coûte rien ».
La journaliste relève enfin que « pour les professionnels de santé, les bénéfices du lait maternel ne se discutent plus. Mais il n’est pas pour autant question de culpabiliser les femmes qui font un autre choix ou qui arrêtent rapidement ». Le Pr Dominique Turck, pédiatre au CHU de Lille, déclare ainsi que « c’est aux femmes de décider si elles allaitent ou pas. Nous devons être respectueux de leur choix ». De son côté, le Pr Jean Pierre Chouraqui, pédiatre au CHU de Grenoble, évoque « un choix personnel éclairé «après information par les professionnels de santé des effets bénéfiques de l’allaitement» ».

Date de la dépêche : 12 septembre 2012

Auteur : Laurent Frichet

Source : Le Figaro

Mentions légales