le journal de la santé naturelle et globale

inscription
à la Newsletter...

Si la moitié de nos souhaits étaient exaucés, nos soucis seraient doublés.

Benjamin Franklin

Si je veux enrichir mon esprit, je ne cherche pas les honneurs mais la liberté.

Rembrandt

Pour expliquer un brin de paille, il faut démonter tout l’univers

Remy de Gourmont

Attendre d'en savoir assez pour agir en toute lumière, c'est se condamner à l'inaction.

Jean Rostand

Celui qui se nourrit de rêves, le vent l'emporte.

Proverbe turque

La confiance est un élément majeur : sans elle, aucun projet n'aboutit.

Eric Tabarly

Tu ne changeras jamais les choses en combattant ce qui existe déjà. Pour changer les choses, construis un nouveau modèle qui rendra l’ancien obsolète.

Buckminster Fuller

Que vaut une vie qui s’oublie pour en singer une autre ?

Patrick Chamoiseau

On crée pour se compléter.

Henri Delacroix

Qu'est-ce que le bonheur sinon le simple accord entre un être et l'existence qu'il mène.

Albert Camus

L’allaitement maternel est bénéfique pour la mère et l’enfant

Anne Prigent note dans Le Figaro qu’« en France, environ 65% des femmes allaitent à la sortie de maternité. Mais 7 sur 10 arrêtent dès qu’elles reprennent le travail. Soit 2 mois et demi après la naissance. Bien avant les 6 mois recommandés par l’OMS ».

« Dans les pays les plus pauvres, l’allaitement permet en effet de diminuer considérablement la mortalité infantile par infections. En France, l’état de santé des nouveau-nés ne nécessite pas les mêmes précautions mais les bénéfices reconnus du lait maternel pour la future santé du nourrisson sont «dose-dépendants». C’est pourquoi les pédiatres insistent sur la nécessité de poursuivre l’allaitement jusqu’à au moins 3 mois », remarque la journaliste.
Anne Prigent souligne que « dans un rapport publié en 2009, l’Académie de médecine rappelait que l’allaitement prévient, à court et long terme, les diarrhées, les otites aiguës ou encore les infections respiratoires sévères. L’Académie souligne également que l’allaitement est bénéfique pour le développement sensoriel et intellectuel des nourrissons, diminue le risque d’eczéma à court et à long terme ».
« Il prévient, en outre, les risques ultérieurs d’obésité, de certains diabètes et des maladies cardiovasculaires chez l’adulte, même si l’influence du mode d’alimentation des nourrissons sur l’état de santé futur est difficile à démontrer »,
poursuit la journaliste. Anne Prigent ajoute que « nourrir son enfant au sein a aussi des retombées positives pour la mère, souligne l’Académie de médecine : la perte de poids et la diminution de la masse graisseuse est plus rapide dans les six premiers mois après l’accouchement. À plus long terme, l’allaitement diminuerait le risque de cancer du sein et de l’ovaire. Autre avantage : nourrir son enfant au sein ne coûte rien ».
La journaliste relève enfin que « pour les professionnels de santé, les bénéfices du lait maternel ne se discutent plus. Mais il n’est pas pour autant question de culpabiliser les femmes qui font un autre choix ou qui arrêtent rapidement ». Le Pr Dominique Turck, pédiatre au CHU de Lille, déclare ainsi que « c’est aux femmes de décider si elles allaitent ou pas. Nous devons être respectueux de leur choix ». De son côté, le Pr Jean Pierre Chouraqui, pédiatre au CHU de Grenoble, évoque « un choix personnel éclairé «après information par les professionnels de santé des effets bénéfiques de l’allaitement» ».

Date de la dépêche : 12 septembre 2012

Auteur : Laurent Frichet

Source : Le Figaro

Mentions légales