le journal de la santé naturelle et globale

inscription
à la Newsletter...

Pour toute action : quoi, pourquoi et comment ?

Swami Prajnanpad

Le bonheur, c’est de continuer à désirer ce qu’on possède

Saint-Augustin

Souvent au lieu de penser on se fait des idées

Louis Scutenaire

Le plaisir se ramasse La joie se cueille Et le bonheur se cultive

Bouddha

Ce qui est maintenant prouvé ne fut jadis qu'imaginé.

William Blake

La terre ne rend jamais sans intérêt ce qu'elle a reçu.

Attendre d'en savoir assez pour agir en toute lumière, c'est se condamner à l'inaction.

Jean Rostand

Le monde est un spectacle à regarder et non un problème à résoudre.

Jules de Gaultier de Laguionie

La santé se mérite, se gagne et se défend jour après jour par des méthodes prévues par la Nature et non par la médecine.

Hippocrate

Si quelqu’un me guérit et me retire mon mal, j’entends aussi qu’il me hisse au niveau de conscience que j’aurais atteint si j’avais moi-même résolu ce que ce mal devait m’apprendre. Sinon, s’il me laisse dans le même état de conscience après m’avoir retiré mon mal, il me vole l’outil de croissance que peut être cette maladie.

Yvan Amar

La maternité protège du cancer

Damien Mascret note dans Le Figaro que deux chercheurs australiens « suggèrent aux religieuses de prendre la pilule contraceptive », selon un article paru dans le Lancet. Le journaliste rappelle en effet que « la maternité abaisse le risque de cancer du sein chez la femme. A défaut d'enfants, ces chercheurs australiens recommandent de prendre la pilule contraceptive ».

Damien Mascret explique que « l'idée provocatrice de Kara Britt et Roger Short, de l'université de Melbourne, repose sur des données scientifiques réelles qui concernent toutes les femmes. Premièrement, le fait de ne pas avoir eu d'enfant augmente le risque de certains cancers. On estime, par exemple, que chaque enfant induit, pour sa mère, une réduction de près de 10% du risque de cancer du sein. Le risque serait même réduit de moitié pour les femmes ayant eu un premier bébé avant 20 ans ».
« Mais une évaluation du risque uniquement centrée sur la maternité, est incomplète car les grossesses ne sont pas les seules «protections naturelles» qu'une femme peut espérer contre le cancer du sein. L'âge des premières règles joue aussi un rôle évident : une femme réglée à 15 ans voit son risque réduit d'un quart par rapport à celui d'une femme qui l'a été à 12 ans. […] »,
 relève le journaliste.
Damien Mascret remarque que « les auteurs concluent un peu vite à l'effet bénéfique de la pilule en se focalisant sur les bons résultats d'une étude de l'université d'Aberdeen (Écosse) publiée l'an dernier en passant sous silence de nombreux biais méthodologiques. L'étude concluait à une réduction de 15% de la mortalité chez les utilisatrices de pilule ».
« Pourtant, au vu des données parfois contradictoires accumulées ces dernières années, il semble plus raisonnable de se contenter de rassurer les utilisatrices de contraception orale. Il est en tout cas abusif d'y voir un traitement préventif contre le cancer », 
ajoute le journaliste

Date de la dépêche : 08 décembre 2011

Auteur : Laurent Frichet

Source : Le Figaro

Mentions légales