le journal de la santé naturelle et globale

inscription
à la Newsletter...

Si mon esprit est loin, ce lieu l'est aussi.

Tao Yuanming

Le bonheur dépend de nous seuls.

Aristote

Le trop de quelque chose est le manque de quelque chose.

Proverbe arabe

Changer le passé, les dieux eux-mêmes y sont impuissants.

Henri Heine

Le plus grand voyageur est celui qui a su faire une fois le tour de lui-même

Confucius

Tu connais l’utilité mais connais-tu l’utilité de l’inutile ?

Lao Tseu

Peu importe si le début paraît petit

Henri David Thoreau

C'est une folie que de vouloir guérir le corps sans vouloir guérir l'esprit.

Platon

On crée pour se compléter.

Henri Delacroix

La richesse consiste bien plus dans l’usage qu’on en fait que dans la possession.

Aristote

La maternité protège du cancer

Damien Mascret note dans Le Figaro que deux chercheurs australiens « suggèrent aux religieuses de prendre la pilule contraceptive », selon un article paru dans le Lancet. Le journaliste rappelle en effet que « la maternité abaisse le risque de cancer du sein chez la femme. A défaut d'enfants, ces chercheurs australiens recommandent de prendre la pilule contraceptive ».

Damien Mascret explique que « l'idée provocatrice de Kara Britt et Roger Short, de l'université de Melbourne, repose sur des données scientifiques réelles qui concernent toutes les femmes. Premièrement, le fait de ne pas avoir eu d'enfant augmente le risque de certains cancers. On estime, par exemple, que chaque enfant induit, pour sa mère, une réduction de près de 10% du risque de cancer du sein. Le risque serait même réduit de moitié pour les femmes ayant eu un premier bébé avant 20 ans ».
« Mais une évaluation du risque uniquement centrée sur la maternité, est incomplète car les grossesses ne sont pas les seules «protections naturelles» qu'une femme peut espérer contre le cancer du sein. L'âge des premières règles joue aussi un rôle évident : une femme réglée à 15 ans voit son risque réduit d'un quart par rapport à celui d'une femme qui l'a été à 12 ans. […] »,
 relève le journaliste.
Damien Mascret remarque que « les auteurs concluent un peu vite à l'effet bénéfique de la pilule en se focalisant sur les bons résultats d'une étude de l'université d'Aberdeen (Écosse) publiée l'an dernier en passant sous silence de nombreux biais méthodologiques. L'étude concluait à une réduction de 15% de la mortalité chez les utilisatrices de pilule ».
« Pourtant, au vu des données parfois contradictoires accumulées ces dernières années, il semble plus raisonnable de se contenter de rassurer les utilisatrices de contraception orale. Il est en tout cas abusif d'y voir un traitement préventif contre le cancer », 
ajoute le journaliste

Date de la dépêche : 08 décembre 2011

Auteur : Laurent Frichet

Source : Le Figaro

Mentions légales