le journal de la santé naturelle et globale

inscription
à la Newsletter...

A l'hôtel de la décision, les gens dorment bien.

Proverbe persan

Que la force me soit donnée de supporter ce qui ne peut être changé et le courage de changer ce qui peut l'être mais aussi la sagesse de distinguer l'un de l'autre

Marc Aurèle

Qu'est-ce que le bonheur sinon le simple accord entre un être et l'existence qu'il mène.

Albert Camus

L´homme pressé cherche la porte et passe devant.

Goethe

D'abord ils vous ignorent, puis ils vous raillent, ensuite ils vous combattent, enfin vous gagnez

Gandhi

Ce qui est maintenant prouvé ne fut jadis qu'imaginé.

William Blake

Nous sommes dans l’inconcevable, mais avec des repères éblouissants.

René Char

Le hasard ne favorise que les esprits préparés.

Pascal

Tu ne peux pas voyager sur un chemin sans être toi-même le chemin

Bouddha

Tu cesseras de craindre en cessant d’espérer

Sénèque

De plus en plus de Françaises font des enfants après 35 ans

Le Figaro constate en effet que selon une enquête de la direction générale de la santé et de la Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques (DREES), « la proportion des naissances chez les femmes âgées de 35 ans et plus est passée en France de 15,9% en 2003 à 19,2% en 2010, tandis que la part des futures mères en surcharge pondérale a également augmenté sensiblement ».
Le journal ajoute que « l'âge moyen des mères s'élève à 29,7 ans. L'âge au premier enfant est stable depuis 2003 (27,5 ans), mais l'âge moyen à la naissance des suivants continue à augmenter. Le report des naissances vers un âge maternel plus avancé a une influence négative sur la fertilité et la santé de la mère et de l'enfant ».
« Autre évolution jugée "préoccupante", 17,3% des femmes étaient en surpoids avant la grossesse et 9,9% souffraient d'obésité en 2010 (contre 15,4% et 7,4% en 2003) », 
observe Le Figaro. Béatrice Blondel (Inserm), coordinatrice de l’enquête, remarque que « pour l'enfant, ça a un impact fort en termes d'anomalies de croissance in utero, de mortalité fœtale, mais aussi de troubles à très long terme : risque de surpoids, de troubles du métabolisme ». Tandis que « pendant la grossesse, les femmes ont plus de risques de développer des pathologies graves (pré-éclampsie, diabète...) », ajoute le journal.
Le quotidien précise que « la prématurité est sensiblement stable : 6,6% en 2010 contre 6,3% en 2003 », puis note que « la consommation de tabac est en diminution, avec 17,1% des femmes fumant au 3e trimestre de la grossesse contre 20,8% en 2003. Concernant l'accouchement, le nombre des césariennes, qui augmentait régulièrement, tend à se stabiliser (21%) ».
De son côté, Eric Favereau évoque dans Libération une autre étude de la DREES sur « Les maternités en France », pour retenir que « malgré la fermeture de petits établissements, les femmes ne mettent pas plus de temps pour rejoindre un hôpital où accoucher ».
La DREES indique entre autres que « la moitié des accouchements par voie basse sont réalisés à moins de 17 minutes du domicile de la patiente, et un quart à plus de 29 minutes ». Eric Favereau ajoute que « lorsque l’on interroge les femmes, elles estiment, elles, le temps moyen pour rejoindre la maternité à 19 minutes ».

Date de la dépêche : 20 octobre 2011

Auteur : Laurent Frichet

Source : Le Figaro, Libération

Mentions légales