le journal de la santé naturelle et globale

inscription
à la Newsletter...

Le bonheur, c’est de continuer à désirer ce qu’on possède

Saint-Augustin

La beauté n’est que la promesse du bonheur.

Stendhal

La violence est ce qui ne parle pas.

Gilles Deleuze

Romain Rolland

L'oeuvre d'art éveille continuellement en nous une soif et une source.

Paul Valéry

Une petite impatience ruine un grand projet.

Confucius

Choisir son temps, c'est l'épargner.

Francis Bacon

Lorsqu'il y a dix pas à faire vers quelqu'un, neuf n'est que la moitié du chemin.

Jules Barbey d'Aurevilly

Qu'est-ce que le bonheur sinon le simple accord entre un être et l'existence qu'il mène.

Albert Camus

L’esprit cache, se voile des choses ; mais le corps sait, peut-être.

Henry Bauchau

Allaitement : des différences notables selon les caractéristiques des mères

Les données de l’étude Epifane sur les taux d’allaitement de la maternité jusqu’à 1 mois de vie de l’enfant sont publiées dans le BEH du 18 septembre. Il révèle une forte réduction de la pratique de l’allaitement dès la première semaine suivant l’accouchement.

L’étude porte sur un échantillon aléatoire de nourrissons nés entre janvier et avril 2012 au sein de 136 maternités tirées au sort. Près de 3 000 mères y ont participé en répondant à des questionnaires.À la maternité, le taux d’initiation à l’allaitement maternel s’élevait à 69%. Parmi les femmes interrogées, 60% nourrissaient l’enfant exclusivement au sein et 9% pratiquaient un allaitement mixte, associant lait maternel et formules lactées.

Un mois plus tard, l’allaitement ne concernait plus que 54% des enfants et seulement 35% étaient encore nourris au sein de manière exclusive. Beaucoup d’abandons de l’allaitement se produisaient dès la première semaine à l’issue de laquelle plus de la moitié des nourrissons (52%) recevaient des formules lactées.

« La montée de lait a lieu 3 jours après la naissance. C’est un passage délicat qui tombe pile au moment où les mères quittent la maternité et perdent le soutien des sages-femmes. D’où cette baisse précoce du taux d’allaitement. Il y aurait sans doute des efforts à faire dans le suivi des mères à domicile par des professionnels de santé spécifiquement formés sur l’allaitement », indique Benoît Salavane, chercheur à l’Unité de Surveillance d’épidémiologie nutritionnelle (Usen).

Moins d’allaitements lors d’une naissance par césarienne, chez les mère fumeuses et plus jeunes
L’analyse des données permet d’identifier plusieurs facteurs favorisant cette pratique. Ainsi on note que les femmes plus âgées, ayant un niveau d’étude supérieur à la moyenne et celles nées à l’étranger sont plus enclines à adopter l’allaitement maternel. À l’inverse, le fait d’avoir accouché par césarienne réduit les chances d’initier un allaitement au sein et augmente la tendance à l’arrêter au cours des premières semaines.

Les baisses les plus importantes de taux d’allaitement de la maternité à un mois ont été enregistréeschez les mères ayant fumé pendant la grossesse (- 33%), chez les femmes âgées de 18 à 24 ans(- 34%) et chez celles ayant eu une naissance multiple (- 40%).

Des actions ciblées pour promouvoir l’allaitement 
Pour promouvoir l’allaitement en France, les auteurs recommandent de cibler plus spécifiquement certains groupes de femmes. « Il faudrait également développer les pratiques qui encouragent l’allaitement comme les séances de préparation à l’accouchement et le contact peau à peau après la naissance. L’étude montre aussi que la perception du conjoint joue fortement sur la probabilité d’allaiter : on pourrait sans doute promouvoir une image positive de la femme qui allaite auprès des pèrespendant la grossesse » souligne Benoît Salavane.

Date de la dépêche : 21 septembre 2012

Auteur : Amandine Ceccaldi

Mentions légales