le journal de la santé naturelle et globale

inscription
à la Newsletter...

L’espérance est un risque à courir

Georges Bernanos

Lorsqu'il n'y a plus rien à faire, que faites-vous?

Koan zen

Deviens ce que tu es, fais ce que toi seul peut faire.

Nietzsche

Le chute n'est pas un échec, l'échec est de rester là où on est tombé.

Socrate

Qu'est-ce que le bonheur sinon le simple accord entre un être et l'existence qu'il mène.

Albert Camus

Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risques. Choisis ton risque. A te regarder, ils s'habitueront.

René Char

Celui qui est charnel l'est jusque dans les choses de l'esprit ; celui qui est spirituel l'est jusque dans les choses de la chair.

Saint Augustin

L'homme ne vit pas cent ans et se fait du souci pour mille.

Proverbe chinois

J'aime mieux forger mon âme que la meubler.

Montaigne

Accepter les dépendances que nous impose la nature, c’est la sagesse, les aimer, c’est le bonheur.

Bernard Grasset

Femmes enceintes, attention au paracétamol

Le Parisien se penche en effet sur une étude sur ce médicament, « pratiquement le seul que le gynécologue ou le pharmacien donne presque les yeux fermés » aux femmes enceintes.

Le journal fait savoir qu’une étude publiée dans la revue Clinical and Experimental Allergy « affirme que les enfants dont les mères ont pris des médicaments à base de paracétamol pendant leur grossesse on un risque accru de devenir asthmatiques ».
Le quotidien explique que les chercheurs, menés par le Pr Richard Beasley, du Medical Research Institute de Nouvelle-Zélande, « ont passé en revue toutes les études publiées concernant la consommation de paracétamol pendant la grossesse. Les résultats ont montré que le paracétamol, absorbé à n’importe quel stade de la grossesse, était lié à une augmentation de 21% du risque d’asthme chez les enfants entre 2 et demi et 7 ans ».
Le Parisien note que « les auteurs reconnaissent qu’il n’y a, pour l’heure, pas assez d’éléments pour recommander aux femmes enceintes d’éviter le paracétamol. Mais ils estiment que les futures mamans devraient prendre cet antidouleur avec parcimonie, quand c’est indispensable ».
Le journal ajoute que le Pr Beasley « considère qu’il est urgent que des études plus poussées soient menées, […] «afin que des recommandations claires puissent être faites pour les femmes enceintes» ».


Date de la dépêche : 08 juin 2011

Auteur : Laurent Frichet

Source : Le Parisien

Mentions légales