le journal de la santé naturelle et globale

inscription
à la Newsletter...

Que de maladies qui ne sont en réalité que des guérisons

De votre ami dites du bien ; de votre ennemi, ne dites rien.

Proverbe anglais

Que la force me soit donnée de supporter ce qui ne peut être changé et le courage de changer ce qui peut l'être mais aussi la sagesse de distinguer l'un de l'autre

Marc Aurèle

La seule chose promise d'avance à l'échec est celle que l'on ne tente pas.

Paul Emile Victor

Qu’est-ce que le bonheur, sinon le simple accord entre un être et l’existence qu’il mène.

Albert Camus

L'essentiel n'est pas de faire nombre, mais d'être signe.

Jean Paul II

Une petite impatience ruine un grand projet.

Confucius

La perfection est atteinte non pas quand il n'y a plus rien à ajouter mais lorsqu'il n'y a plus rien à retrancher.

Saint-Exupéry

La santé dépend plus des précautions que des médecins.

Bossuet

Il ne faut pas compter sur ceux qui ont créé les problèmes pour les résoudre.

Albert Einstein

MICI : trois fois plus de cancers chez les enfants atteints

Les enfants atteints d'une maladie inflammatoire chronique de l'intestin (MICI) ont près de trois fois plus de risque de développer un cancer, selon une étude française présentée à laDigestive Disease Week (San Diego, Etats-Unis).

Une équipe du CHU de Lille s’est intéressé à 698 enfants et adolescents âgés de moins de 17 ans, ayant eu un diagnostic de MICI (538 maladies de Crohn et 160 rectocolites hémorragiques) entre 1988 et 2004 enregistrée dans le registre Epimad.

L'âge médian du diagnostic était de 14 ans et la durée de suivi de 11,5 ans. Les auteurs rappellent que l'incidence des MICI pédiatriques continue d'augmenter dans le Nord de la France.

Résultats : l'étude n'a pas mis en évidence de risque accru de mortalité par rapport à la population générale régionale.

En revanche, le risque de cancer était multiplié par 2,7. Parmi les neuf cas de cancer recensés chez ces enfants, 2 concernaient le côlon, 1 l'intestin grêle, 1 les voies biliaires (cholangiocarcinome), 1 le col de l'utérus, 1 le prépuce, 1 la peau (carcinome baso-cellulaire) et 1 le sang (leucémie aiguë).

Il apparaît aussi que 67% des patients ayant développé un cancer avaient reçu des immunosuppresseurs ou un traitement anti-TNF, 55% ayant reçu une association de traitements.

Date de la dépêche : 31 mai 2012

Auteur : Florence ROSIER

Source : impact-sante.fr

Mentions légales