le journal de la santé naturelle et globale

inscription
à la Newsletter...

Lorsqu'il y a dix pas à faire vers quelqu'un, neuf n'est que la moitié du chemin.

Jules Barbey d'Aurevilly

D'abord ils vous ignorent, puis ils vous raillent, ensuite ils vous combattent, enfin vous gagnez

Gandhi

Notre peur la plus profonde n’est pas que nous ne soyons pas à la hauteur, Notre peur la plus profonde est que nous sommes puissants au-delà de toute limite, C’est notre propre lumière et non pas notre obscurité qui nous effraie le plus.

Nelson Mandela

Nous sommes dans l’inconcevable, mais avec des repères éblouissants.

René Char

A la fin de chaque vérité il faut ajouter que l’on se souvient de la vérité opposée.

Pascal

Il faut perdre la moitié de son temps pour pouvoir employer l’autre.

Locke

La maladie, sa racine hébraïque « malaha » le révèle, consiste à tourner en rond.

Christiane Singer

On devrait attacher moins d'importance à ce que l'on va faire qu'à ce que l'on est.

Maître Eckart

Ecouter quelqu'un, c'est lui permettre d'entendre ce qu'il dit.

Jacques Salomé

Accepter, ce n’est pas la même chose que s’adapter tant bien que mal. Il n’est aucune histoire si terrible, aucun accident du sort… dont la nature humaine, par patience ne puisse venir à bout.

Euripide

MICI : trois fois plus de cancers chez les enfants atteints

Les enfants atteints d'une maladie inflammatoire chronique de l'intestin (MICI) ont près de trois fois plus de risque de développer un cancer, selon une étude française présentée à laDigestive Disease Week (San Diego, Etats-Unis).

Une équipe du CHU de Lille s’est intéressé à 698 enfants et adolescents âgés de moins de 17 ans, ayant eu un diagnostic de MICI (538 maladies de Crohn et 160 rectocolites hémorragiques) entre 1988 et 2004 enregistrée dans le registre Epimad.

L'âge médian du diagnostic était de 14 ans et la durée de suivi de 11,5 ans. Les auteurs rappellent que l'incidence des MICI pédiatriques continue d'augmenter dans le Nord de la France.

Résultats : l'étude n'a pas mis en évidence de risque accru de mortalité par rapport à la population générale régionale.

En revanche, le risque de cancer était multiplié par 2,7. Parmi les neuf cas de cancer recensés chez ces enfants, 2 concernaient le côlon, 1 l'intestin grêle, 1 les voies biliaires (cholangiocarcinome), 1 le col de l'utérus, 1 le prépuce, 1 la peau (carcinome baso-cellulaire) et 1 le sang (leucémie aiguë).

Il apparaît aussi que 67% des patients ayant développé un cancer avaient reçu des immunosuppresseurs ou un traitement anti-TNF, 55% ayant reçu une association de traitements.

Date de la dépêche : 31 mai 2012

Auteur : Florence ROSIER

Source : impact-sante.fr

Mentions légales