le journal de la santé naturelle et globale

inscription
à la Newsletter...

Ce dont vous avez besoin se présentera à vous si vous ne désirez pas ce dont vous n’avez pas besoin.

Nisargadatta Maharaj

On devrait attacher moins d'importance à ce que l'on va faire qu'à ce que l'on est.

Maître Eckart

Il y a trois grands mystères de la nature : l'air pour l'oiseau, l'eau pour le poisson et l'homme pour lui-même.

Proverbe hindou

J’ai toujours su que pour réussir dans le monde, il fallait avoir l’air fou et être sage.

Montesquieu

Le chute n'est pas un échec, l'échec est de rester là où on est tombé.

Socrate

L’esprit cache, se voile des choses ; mais le corps sait, peut-être.

Henry Bauchau

Qui a vu le présent, a vu toutes choses, celles qui sont arrivées dans le passé insondable, celles qui arriveront dans l’avenir.

Marc Aurèle

La vie de chacun de nous n’est pas une tentative d’aimer, elle est l’unique essai.

Pascal Quignard

Ne crains pas d'avancer lentement, crains seulement de t'arrêter.

Proverbe chinois

De votre ami dites du bien ; de votre ennemi, ne dites rien.

Proverbe anglais

Une vie saine pour éviter des millions de cancers

Le Figaro indique en effet que selon un rapport du Fonds mondial de recherche contre le cancer, présenté la semaine dernière à Londres, « sur les 10 millions de nouveaux cas de cancer par an dans le monde, entre un quart et un tiers pourraient être évités avec des modes de vie plus sains ».
L’un des auteurs, le Pr Elio Riboli, épidémiologiste à l’Imperial College de Londres, précise : « Nous faisons des hypothèses sur des changements mineurs, comme pour quelqu’un qui réduirait un peu sa consommation de viande rouge et de charcuterie, qui mangerait un peu plus de fruits de légumes ou qui ferait un peu plus d’exercice ».
Le Figaro note ainsi que « dans les pays développés, […] plus de 63 % des cancers de la bouche pourraient disparaître. Pour le cancer de l’estomac, la réduction serait au moins de 45 % ».
« De petits changements dans nos habitudes alimentaires pourraient réduire de 30 % les cancers du côlon et du sein », ajoute le quotidien.
Le journal relève que « pour éviter que leurs pieuses recommandations ne restent lettre morte, les auteurs du rapport ont fait des recommandations concrètes à tous les acteurs de la santé publique ». Sir Michael Marmot, épidémiologiste à l’University College de Londres, qui a coordonné l’étude, déclare ainsi qu’« au final, c’est à l’individu de choisir d’avoir un mode de vie plus sain. Mais il faut que le monde dans lequel il vit l’incite et lui permette de faire ces changements ».

Date de la dépêche : 02 mars 2009

Auteur : Laurent Frichet - TSAVO PRESSE

Source : Le Figaro

Mentions légales