le journal de la santé naturelle et globale

inscription
à la Newsletter...

Romain Rolland

Souvent au lieu de penser on se fait des idées

Louis Scutenaire

On n'a pas encore découvert que la nature est plus en profondeur qu'en surface.

Cézanne

Le plaisir peut s’appuyer sur l’illusion, mais le bonheur repose sur la réalité.

Chamfort

Ce qu’on ne veut pas savoir de soi-même finit par arriver de l’extérieur sous forme de destin.

C.G. jung

Le plus grand voyageur est celui qui a su faire une fois le tour de lui-même

Confucius

L'homme ne vit pas cent ans et se fait du souci pour mille.

Proverbe chinois

On crée pour se compléter.

Henri Delacroix

Le monde est un spectacle à regarder et non un problème à résoudre.

Jules de Gaultier de Laguionie

Ecouter, c’est être attentif à quelqu’un qui souffre, ce n’est pas lui donner une solution ou une explication à sa souffrance, c’est lui permettre de la dire et de trouver lui-même son propre chemin pour s’en libérer.

Une vie saine pour éviter des millions de cancers

Le Figaro indique en effet que selon un rapport du Fonds mondial de recherche contre le cancer, présenté la semaine dernière à Londres, « sur les 10 millions de nouveaux cas de cancer par an dans le monde, entre un quart et un tiers pourraient être évités avec des modes de vie plus sains ».
L’un des auteurs, le Pr Elio Riboli, épidémiologiste à l’Imperial College de Londres, précise : « Nous faisons des hypothèses sur des changements mineurs, comme pour quelqu’un qui réduirait un peu sa consommation de viande rouge et de charcuterie, qui mangerait un peu plus de fruits de légumes ou qui ferait un peu plus d’exercice ».
Le Figaro note ainsi que « dans les pays développés, […] plus de 63 % des cancers de la bouche pourraient disparaître. Pour le cancer de l’estomac, la réduction serait au moins de 45 % ».
« De petits changements dans nos habitudes alimentaires pourraient réduire de 30 % les cancers du côlon et du sein », ajoute le quotidien.
Le journal relève que « pour éviter que leurs pieuses recommandations ne restent lettre morte, les auteurs du rapport ont fait des recommandations concrètes à tous les acteurs de la santé publique ». Sir Michael Marmot, épidémiologiste à l’University College de Londres, qui a coordonné l’étude, déclare ainsi qu’« au final, c’est à l’individu de choisir d’avoir un mode de vie plus sain. Mais il faut que le monde dans lequel il vit l’incite et lui permette de faire ces changements ».

Date de la dépêche : 02 mars 2009

Auteur : Laurent Frichet - TSAVO PRESSE

Source : Le Figaro

Mentions légales