le journal de la santé naturelle et globale

inscription
à la Newsletter...

Tout le monde croit que le fruit est l'essentiel de l'arbre quand, en réalité, c'est la graine.

Nietzsche

Il existe un curieux paradoxe : quand je m'accepte tel que je suis, alors je peux changer.

Carl Rogers

L'oeuvre d'art éveille continuellement en nous une soif et une source.

Paul Valéry

La santé dépend plus des précautions que des médecins.

Bossuet

William Shakespeare

Si la moitié de nos souhaits étaient exaucés, nos soucis seraient doublés.

Benjamin Franklin

Il faut perdre la moitié de son temps pour pouvoir employer l’autre.

Locke

De la simplicité, de la simplicité, de la simplicité ! Oui, que vos affaires soient comme deux ou trois, et non cent ou mille.

Henry David Thoreau

Le trop de quelque chose est le manque de quelque chose.

Proverbe arabe

Le bonheur, c’est de continuer à désirer ce qu’on possède

Saint-Augustin

Un sommeil de mauvaise qualité, une conséquence du ‘jet lag social’ ?

Le week-end, nous sommes nombreux à dormir plus tard que pendant la semaine. Généralement, c’est parce que, la semaine, nous avons des obligations sociales : le travail, l’école, les enfants. Nous avons besoin d'un réveil pour nous éveiller et d’un somnifère pour nous endormir. Ceci montre que nous ne respectons pas notre rythme naturel de sommeil et que, donc, nous souffrons continuellement d'un manque de sommeil.

Des scientifiques ont donné un nom à ce phénomène : le syndrome du décalage horaire ('jet lag') social. Le week-end, nous dormons
comme si nous avions changé de fuseau horaire. C’est comme si, le vendredi soir, nous effectuions un vol qui nous décale de quelques fuseaux horaires vers l'ouest et le lundi matin, nous faisions le chemin en sens inverse. C’est ce qui explique que nous ne nous sentons pas bien reposés et donc fatigués pendant la journée.
Selon une étude allemande, un tiers de la population souffre d'un jet lag social de deux heures, deux tiers, d'un jet lag d'une heure. Les adolescents sons ceux qui en souffrent le plus, car ce sont eux qui y sont le plus sensible.

Date de la dépêche : 06 août 2012

Source : abcsante.be

Mentions légales