le journal de la santé naturelle et globale

inscription
à la Newsletter...

On n'a pas encore découvert que la nature est plus en profondeur qu'en surface.

Cézanne

Une blessure écoute toujours plus, finalement, qu’une oreille.

Henry Bauchau

William Shakespeare

Etudier sans méditer est vain. Méditer sans étudier est périlleux.

Confucius

La pauvreté, c'est le maximum d'effort pour le minimum de résultat. La richesse, c'est le minimum d'effort pour le maximum de résultat

Pascal

Il faut se réserver le droit de rire le lendemain de ses idées de la veille

Napoléon Bonaparte

L´homme pressé cherche la porte et passe devant.

Goethe

Le courage n'est rien sans la sérénité.

Gandhi

Le premier ennemi à combattre est à l'intérieur de soi. Souvent, c'est le seul.

Christine Orban

Quand tu rencontres un obstacle, fais-en ta cible.

Paul Smith

Les bons muscles font des os solides

Martine Perez remarque dans Le Figaro : « On sait depuis longtemps que faire de l’exercice physique régulier […] réduit le risque d’hypertension, de diabète, de maladies cardio-vasculaires, de dépression… ».

La journaliste fait savoir qu’« une nouvelle étude publiée dans le Journal of Bone and Mineral Research révèle que, lorsque les individus ont une masse musculaire «saine», ils ont aussi des os solides. Avec l’âge, la densité osseuse se raréfie, ce qui accroît le risque de fracture, notamment du col du fémur, mais aussi des vertèbres ».
Martine Perez explique que « les médecins de la Mayo Clinic se sont intéressés à 272 femmes et 317 hommes âgés de 20 à 97 ans. Et pour chacun d’entre eux ont établi une mesure précise de leur masse musculaire et procédé à un examen de leur densité osseuse, en utilisant des techniques d’imagerie sophistiquées ».
« Ils ont pu observer qu’une masse musculaire forte était toujours corrélée à des os solides, notamment au niveau de la colonne vertébrale, du fémur, du tibia, et au niveau des avant-bras »
, indique la journaliste.
Martine Perez ajoute que les auteurs « ont découvert qu’un marqueur de l’ostéoporose, en particulier chez l’homme, que l’on peut doser dans le sang, l’IGFBP-2, est aussi associé à une faible masse musculaire dans les deux sexes. Un tel dosage serait donc un bon marqueur pour évaluer la qualité musculaire ».
La journaliste rappelle que « l’état musculaire et osseux est vital pour les personnes âgées. Des muscles faibles augmentent le risque de chute, ce qui, chez une personne fragile sur le plan osseux, peut conduire à des fractures graves, notamment du col du fémur, et à l’entrée dans la dépendance ».
Martine Perez relève enfin que « pour l’instant, à part l’exercice physique, il n’y a pas d’autres stratégies pour doper sa masse musculaire. Des recherches sont menées pour découvrir des médicaments qui mimeraient les effets de l’exercice physique, pour ceux qui y sont totalement récalcitrants ».

Date de la dépêche : 27 juin 2012

Auteur : Laurent Frichet

Source : Le Figaro

Mentions légales