le journal de la santé naturelle et globale

inscription
à la Newsletter...

La vieillesse, c'est l'hiver pour les ignorants et le temps des moissons pour les sages.

Proverbe juif

Tu ne peux pas voyager sur un chemin sans être toi-même le chemin

Bouddha

La richesse consiste bien plus dans l’usage qu’on en fait que dans la possession.

Aristote

Il existe un curieux paradoxe : quand je m'accepte tel que je suis, alors je peux changer.

Carl Rogers

L'homme ne vit pas cent ans et se fait du souci pour mille.

Proverbe chinois

Nous sommes dans l’inconcevable, mais avec des repères éblouissants.

René Char

Oser, c’est perdre pied momentanément. Ne pas oser, c’est se perdre soi-même.

Kierkegaard

Réserve une demi-heure chaque jour à la prière, sauf lorsque tu as beaucoup à faire. Dans ce cas prends une heure.

François de Sales

Qui craint de souffrir, souffre déjà de ce qu'il craint.

Montaigne

Je sais et je sens que faire du bien est le plus vrai bonheur que le cœur humain puisse goûter.

Jean-Jacques Rousseau

Le sport sur ordonnance

Alexandra Echkenazi constate dans Le Parisien que « les Français ne se remuent pas assez. Le sport a pourtant de nombreux impacts positifs sur notre bien-être, et rallonge même notre espérance de vie. C’est ce qui ressort d’une enquête que nous révélons en exclusivité ».

La journaliste relaie ainsi les résultats d’une enquête du groupe CCM Benchmark pour le site Sante-medecine.net, menée auprès de 7.753 internautes, relevant que « seulement 28% des Français pratiquent une activité physique régulière ».
Le Dr Pierre Hordé, généraliste et allergologue, à l’origine de l’enquête, déclare que « ce n’est pas assez. Le sport ne sert pas seulement à affiner la silhouette. Seulement 50% des personnes interrogées le savent, mais il a aussi des effets bénéfiques sur la santé, et non des moindres ».
Le médecin explique ainsi qu’« une étude montre que 15 minutes d’activité physique par jour en moyenne prolongent la vie de 3 ans ».
Alexandra Echkenazi relève en outre que « l’activité physique rend plus endurant et diminue les risques de dysfonctionnement érectile », selon une étude parue en 2011 dans le Jama, ou encore note que « le sport réduit le risque de contracter un cancer de 40 à 50% pour le côlon, et de 15 à 20% pour le sein chez les femmes non ménopausées ».
Le Dr Hordé estime que « le sport doit être considéré comme un médicament, une thérapie. Les médecins doivent davantage y penser lors de leur consultation ».

Date de la dépêche : 01 juillet 2012

Auteur : Laurent Frichet

Source : Le Parisien

Mentions légales