le journal de la santé naturelle et globale

inscription
à la Newsletter...

La maladie est l’effort que fait la nature pour guérir l’homme.

C.G.Jung

Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risques. Choisis ton risque. A te regarder, ils s'habitueront.

René Char

La confiance est un élément majeur : sans elle, aucun projet n'aboutit.

Eric Tabarly

Si mon esprit est loin, ce lieu l'est aussi.

Tao Yuanming

Je marche pour savoir où je vais.

Goethe

Qu'est-ce que le bonheur sinon le simple accord entre un être et l'existence qu'il mène.

Albert Camus

La pauvreté, c'est le maximum d'effort pour le minimum de résultat. La richesse, c'est le minimum d'effort pour le maximum de résultat

Pascal

Pour expliquer un brin de paille, il faut démonter tout l’univers

Remy de Gourmont

L’obstacle est matière à action.

Marc Aurèle

L’espérance est un risque à courir

Georges Bernanos

Faire la sieste dope l’intellect et prévient de l’infarctus

Libération aborde les travaux de Matthew Walker, professeur de psychologie à l’université de Berkeley (Etats-Unis), et de son « labo du sommeil », présentés lors du récent congrès de l’association pour l’avancement de la science à San Diego.

Le spécialiste a en effet déclaré que « le sommeil a des effets réparateurs après une période prolongée d’éveil mais accroît également les capacités neurocognitives comparativement à ce qu’elles étaient avant de faire la sieste ».
« Le sommeil est nécessaire pour vider la mémoire à court terme du cerveau et faire de la place à de nouvelles informations »,
a ajouté le psychologue.
Libération explique que « des électro-encéphalogrammes qui mesurent l’activité électrique du cerveau indiquent que ce rafraîchissement de la capacité de mémoire se produit durant une phase spécifique de repos léger qui se situe entre la phase de sommeil profond et celle marquée par de rapides mouvements des yeux. La sieste, quoi ».
Le journal revient en outre sur l’étude de Dimitrios Trichopoulos, parue en en 2007 dans les Archives of Internal Medicine, et qui « a suivi durant 6 ans en Grèce une cohorte de 26 681 sujets ».
« Le risque de faire un infarctus est diminué de 37% pour ceux qui pratiquent quotidiennement la sieste »,
retient Libération.


Date de la dépêche : 08 mars 2010

Auteur : Laurent Frichet

Source : Libération

Mentions légales