le journal de la santé naturelle et globale

inscription
à la Newsletter...

L'oeuvre d'art éveille continuellement en nous une soif et une source.

Paul Valéry

Tout ce que nous voyons pourrait aussi être autrement.

Ludwig Wittgenstein

Je ne m´attends pas à trouver un saint aujourd´hui. Si je pouvais seulement trouver un sage, je m´en contenterais.

Confucius

Lorsqu'il n'y a plus rien à faire, que faites-vous?

Koan zen

Le plaisir peut s’appuyer sur l’illusion, mais le bonheur repose sur la réalité.

Chamfort

Accepter, ce n’est pas la même chose que s’adapter tant bien que mal. Il n’est aucune histoire si terrible, aucun accident du sort… dont la nature humaine, par patience ne puisse venir à bout.

Euripide

L’esprit cache, se voile des choses ; mais le corps sait, peut-être.

Henry Bauchau

La violence est ce qui ne parle pas.

Gilles Deleuze

Notre peur la plus profonde n’est pas que nous ne soyons pas à la hauteur, Notre peur la plus profonde est que nous sommes puissants au-delà de toute limite, C’est notre propre lumière et non pas notre obscurité qui nous effraie le plus.

Nelson Mandela

Deviens ce que tu es, fais ce que toi seul peut faire.

Nietzsche

Faire la sieste dope l’intellect et prévient de l’infarctus

Libération aborde les travaux de Matthew Walker, professeur de psychologie à l’université de Berkeley (Etats-Unis), et de son « labo du sommeil », présentés lors du récent congrès de l’association pour l’avancement de la science à San Diego.

Le spécialiste a en effet déclaré que « le sommeil a des effets réparateurs après une période prolongée d’éveil mais accroît également les capacités neurocognitives comparativement à ce qu’elles étaient avant de faire la sieste ».
« Le sommeil est nécessaire pour vider la mémoire à court terme du cerveau et faire de la place à de nouvelles informations »,
a ajouté le psychologue.
Libération explique que « des électro-encéphalogrammes qui mesurent l’activité électrique du cerveau indiquent que ce rafraîchissement de la capacité de mémoire se produit durant une phase spécifique de repos léger qui se situe entre la phase de sommeil profond et celle marquée par de rapides mouvements des yeux. La sieste, quoi ».
Le journal revient en outre sur l’étude de Dimitrios Trichopoulos, parue en en 2007 dans les Archives of Internal Medicine, et qui « a suivi durant 6 ans en Grèce une cohorte de 26 681 sujets ».
« Le risque de faire un infarctus est diminué de 37% pour ceux qui pratiquent quotidiennement la sieste »,
retient Libération.


Date de la dépêche : 08 mars 2010

Auteur : Laurent Frichet

Source : Libération

Mentions légales