le journal de la santé naturelle et globale

inscription
à la Newsletter...

Romain Rolland

"oui" et "non" sont les mots les plus courts et les plus faciles à prononcer, et ceux qui demandent le plus d’examen

Talleyrand

Peu importe si le début paraît petit

Henri David Thoreau

Soit on apprend à échouer, soit on échoue à apprendre.

Tal Ben Shahar

Pour toute action : quoi, pourquoi et comment ?

Swami Prajnanpad

Ce qu’on ne veut pas savoir de soi-même finit par arriver de l’extérieur sous forme de destin.

C.G. jung

La différence entre ce que nous désirons et ce que nous redoutons est à peine plus épaisse qu’un cil.

Jay Mc Inerney

La beauté n’est que la promesse du bonheur.

Stendhal

Une petite impatience ruine un grand projet.

Confucius

Tu ne peux pas voyager sur un chemin sans être toi-même le chemin

Bouddha

Faire du sport à la campagne est bon pour la santé mentale

Le Figaro remarque en effet qu’« une étude écossaise [publiée dans Social Science & Medicine] montre que les gens qui font du sport dans les bois, en forêt ou dans des parcs sont moins sujets à la dépression ou au stress ».

Le journal explique que « Richard Mitchell, professeur à l'université de Glasgow, s'est servi des données considérables rassemblées par la grande étude de 2008 sur la santé en Ecosse (Scottish Health survey) pour comparer les effets sur la santé mentale de l'activité physique dans des environnements naturels et non-naturels ».
Le chercheur relève que « de précédentes études menées sur des petits échantillons contrôlés de personnes ont montré que la vision et la perception d'un environnement naturel pouvaient déclencher des effets biologiques et psychologiques qui abaissent les niveaux de stress et améliorent le bien-être mental, mais cela n'avait jamais permis de vérifier ces effets à plus long terme, et sur la population générale ».
Le Figaro note ainsi que « grâce à un panel de 1.900 personnes qui avaient une activité physique régulière, le scientifique a établi que deux types d'environnements naturels, les bois et les forêts et les parcs et les prairies, avaient un effet positif particulièrement sensible, alors que les plages, bords de mer et les terrains de sport en plein air ne semblent pas procurer de bénéfices ».
Richard Mitchell indique qu’« il y a une amélioration très sensible, de presque 50%, du bien être mental pour les personnes qui ont une activité régulière, au moins une fois par semaine, dans un environnement boisé ».
Le quotidien précise que « cela ne concerne pas des troubles mentaux graves, mais plutôt des problèmes du quotidien, comme du stress élevé, de l'anxiété, des dépressions légères et des problèmes de sommeil ».
Le journal observe que « la fréquentation de terrains de sport en plein air ne semble pas réduire les effets négatifs sur la santé mentale, mais a un effet mesurable sur un autre indicateur psychologique qui mesure les aspects positifs du bien-être, comme l'optimisme et la confiance en soi ».
Le chercheur estime ainsi que « ce n'est probablement pas lié au type d'environnement, mais plutôt aux nombreux liens sociaux que l'on peut avoir en pratiquant des sports collectifs ».

Date de la dépêche : 02 juillet 2012

Auteur : Laurent Frichet

Source : Le Figaro

Mentions légales