le journal de la santé naturelle et globale

inscription
à la Newsletter...

On devrait attacher moins d'importance à ce que l'on va faire qu'à ce que l'on est.

Maître Eckart

Savoir se contenter de ce que l'on a : c'est être riche.

Lao-Tseu

De votre ami dites du bien ; de votre ennemi, ne dites rien.

Proverbe anglais

Accepter les dépendances que nous impose la nature, c’est la sagesse, les aimer, c’est le bonheur.

Bernard Grasset

Ce qui est maintenant prouvé ne fut jadis qu'imaginé.

William Blake

Qu’est-ce que le bonheur, sinon le simple accord entre un être et l’existence qu’il mène.

Albert Camus

Soit on apprend à échouer, soit on échoue à apprendre.

Tal Ben Shahar

Personne ne peut vous révéler plus que ce qui repose déjà dans l'aube de vos connaissances.

Khalil Gibran

La maladie, sa racine hébraïque « malaha » le révèle, consiste à tourner en rond.

Christiane Singer

Accepter, ce n’est pas la même chose que s’adapter tant bien que mal. Il n’est aucune histoire si terrible, aucun accident du sort… dont la nature humaine, par patience ne puisse venir à bout.

Euripide

Contre le cancer, ne restez pas assis trop longtemps !

C’est ce que titre Le Parisien. Le journal relève en effet que « des chercheurs viennent de démontrer que la station assise prolongée est un facteur aggravant de cancer. Pour minimiser les risques, n’hésitez pas à marcher le plus possible, notamment au travail », conseille le quotidien.

Le Parisien se penche sur des travaux de chercheurs de l’institut Baker en Australie, dévoilés lors du congrès de l’American Institute for Cancer Research, qui « ont analysé 46 études médicales publiées entre 1996 et janvier 2011 portant sur les temps assis des patients. Ils ont mis ces données en relation avec le tour de hanche des volontaires, la résistance à l’insuline et un marqueur de l’inflammation, qui sont trois indicateurs connus pour être liés à un risque de cancer accru ».
« Ceux qui passent le moins de temps sur leur séant affichent les indicateurs les plus bas 
», relève le journal, qui ajoute que « la sédentarité entre aussi en jeu dans les risques de rechute, pour les personnes en rémission ».
Le quotidien ajoute que selon une autre étude, menée par des chercheurs américains de la Mayo Clinic, « nous passons en moyenne près de 60% de notre temps éveillé assis. […] Chez les personnes travaillant dans un bureau, ce taux s’élève même à 75% en moyenne ».


Date de la dépêche : 13 novembre 2011

Auteur : Laurent Frichet

Source : Le Parisien

Mentions légales