le journal de la santé naturelle et globale

inscription
à la Newsletter...

Pour cacher un mensonge, il faut mentir mille fois.

Proverbe indien

Ce qui te manque, cherche-le dans ce que tu as

Koan Zen

C'est une absolue perfection, et comme divine, que de savoir jouir loyalement de son être.

Montaigne

La terre ne rend jamais sans intérêt ce qu'elle a reçu.

Une petite impatience ruine un grand projet.

Confucius

Pour expliquer un brin de paille, il faut démonter tout l’univers

Remy de Gourmont

Le bonheur ne se trouve pas dans les choses ou les événements mais dans le regard que l’on porte sur eux.

Faouzi Skali

L’espérance est un risque à courir

Georges Bernanos

Le plaisir se ramasse La joie se cueille Et le bonheur se cultive

Bouddha

J’ai toujours su que pour réussir dans le monde, il fallait avoir l’air fou et être sage.

Montesquieu

Comment réduire les risques de bronchiolite

Pour la Science relève dans un court article que « l'allaitement maternel du nourrisson est l'un des facteurs qui réduisent l'incidence » de la bronchiolite.
Le magazine indique en effet que « Mieke Koehoorn, de l'Université de Colombie-Britannique à Vancouver (Canada), et ses collègues ont étudié l'incidence de la bronchiolite chez plus de 90 000 enfants nés entre 1999 et 2002 ». Le mensuel note que « plus de 13 % des enfants ont eu une bronchiolite avant l'âge de un an et 1,7 % ont même été hospitalisés ».
« Les nourrissons ont d'autant plus de risques de développer une bronchiolite qu'ils ont moins de un an, qu'ils sont nés de mère jeune (de moins de 20 ans) ou de parents âgés, qu'ils n'ont pas été nourris au sein, qu'ils avaient un petit poids à la naissance (inférieur à 2,4 kg), qu'ils souffrent d'anomalies congénitales, ou qu'ils vivent en présence de nombreux enfants », remarque Pour la Science.
Le magazine ajoute que « la probabilité de présenter une forme grave avec une détresse respiratoire et de devoir être hospitalisé augmente si la mère fumait pendant la grossesse ».
Le mensuel précise cependant que « la maladie guérit toujours spontanément et, dès lors que la prise en charge a été optimale, il n'y a pas de complications ni de séquelles ». (Pediatrics 2008, 122, 1196-1203)

Pour la Science, numéro 376, le 30 janvier 2009

Date de la dépêche : 30 janvier 2009

Auteur : Laurent Frichet - TSAVO PRESSE

Source : www.sf-neuro.org/Pour la Science, numéro 376

Mentions légales