le journal de la santé naturelle et globale

inscription
à la Newsletter...

L'esprit a beau faire plus de chemin que le coeur, il ne va jamais si loin.

Proverbe chinois

Soit on apprend à échouer, soit on échoue à apprendre.

Tal Ben Shahar

Accepter les dépendances que nous impose la nature, c’est la sagesse, les aimer, c’est le bonheur.

Bernard Grasset

La confiance est un élément majeur : sans elle, aucun projet n'aboutit.

Eric Tabarly

Qui craint de souffrir, souffre déjà de ce qu'il craint.

Montaigne

On surestime ce que l’on n’est pas et on sous-estime ce que l’on est

Malcolm Forbe

Ne dis pas peu de choses en beaucoup de mots, mais dis beaucoup de choses en peu de mots.

Pythagore

Il n'y a pas d'autre bonheur que la paix.

Proverbe thaï

Chacun de nous est sans limites ; chacun de nous est inévitable ; chacun de nous avec son droit sur la Terre.

Walt Whitman

Quand on dure assez longtemps on a vu tout et le contraire de tout.

Montaigne

Comment réduire les risques de bronchiolite

Pour la Science relève dans un court article que « l'allaitement maternel du nourrisson est l'un des facteurs qui réduisent l'incidence » de la bronchiolite.
Le magazine indique en effet que « Mieke Koehoorn, de l'Université de Colombie-Britannique à Vancouver (Canada), et ses collègues ont étudié l'incidence de la bronchiolite chez plus de 90 000 enfants nés entre 1999 et 2002 ». Le mensuel note que « plus de 13 % des enfants ont eu une bronchiolite avant l'âge de un an et 1,7 % ont même été hospitalisés ».
« Les nourrissons ont d'autant plus de risques de développer une bronchiolite qu'ils ont moins de un an, qu'ils sont nés de mère jeune (de moins de 20 ans) ou de parents âgés, qu'ils n'ont pas été nourris au sein, qu'ils avaient un petit poids à la naissance (inférieur à 2,4 kg), qu'ils souffrent d'anomalies congénitales, ou qu'ils vivent en présence de nombreux enfants », remarque Pour la Science.
Le magazine ajoute que « la probabilité de présenter une forme grave avec une détresse respiratoire et de devoir être hospitalisé augmente si la mère fumait pendant la grossesse ».
Le mensuel précise cependant que « la maladie guérit toujours spontanément et, dès lors que la prise en charge a été optimale, il n'y a pas de complications ni de séquelles ». (Pediatrics 2008, 122, 1196-1203)

Pour la Science, numéro 376, le 30 janvier 2009

Date de la dépêche : 30 janvier 2009

Auteur : Laurent Frichet - TSAVO PRESSE

Source : www.sf-neuro.org/Pour la Science, numéro 376

Mentions légales