le journal de la santé naturelle et globale

inscription
à la Newsletter...

La vie de chacun de nous n’est pas une tentative d’aimer, elle est l’unique essai.

Pascal Quignard

Je sais et je sens que faire du bien est le plus vrai bonheur que le cœur humain puisse goûter.

Jean-Jacques Rousseau

Ce qui ne se trouve pas en nous ne nous contrarie pas.

Hermann Hesse

"oui" et "non" sont les mots les plus courts et les plus faciles à prononcer, et ceux qui demandent le plus d’examen

Talleyrand

A l'hôtel de la décision, les gens dorment bien.

Proverbe persan

Nous avons inventé la vitesse et nous tournons en rond.

Charlie Chaplin

Le plaisir se ramasse La joie se cueille Et le bonheur se cultive

Bouddha

Le trop de quelque chose est le manque de quelque chose.

Proverbe arabe

Le bonheur ne se trouve pas dans les choses ou les événements mais dans le regard que l’on porte sur eux.

Faouzi Skali

Si la moitié de nos souhaits étaient exaucés, nos soucis seraient doublés.

Benjamin Franklin

Comment l’activité physique prévient le vieillissement au coeur même des cellules

Le Figaro fait savoir qu’« une étude originale, publiée dans Circulation, démontre que la pratique régulière d’un sport d’endurance retarde le vieillissement, et ce à l’échelle cellulaire ».

Le quotidien explique que « selon les travaux d’Ulrich Laufs (université de Saarland, Hambourg, Allemagne), conduits à la fois chez des souris et chez des athlètes, l’activité physique agit en régulant l’expression de la télomérase, une enzyme connue pour son rôle clé dans les processus de sénescence et de cancérisation ».
Les auteurs de l’étude indiquent ainsi qu’« un entraînement physique au long cours active la télomérase et réduit le raccourcissement des télomères dans les globules blancs ».
Le Figaro note que les chercheurs « précisent que la stabilisation de la taille des télomères est plus flagrante chez les athlètes qui s’entraînent depuis plusieurs décennies que chez les plus jeunes ».
Le quotidien livre la réaction d’Eric Gilson, chercheur en biologie moléculaire et professeur à la faculté de médecine de Nice, qui relève que « dans l’avenir, il est techniquement envisageable de mesurer régulièrement la taille des télomères d’un individu comme on pratique aujourd’hui une glycémie ».

Date de la dépêche : 05 janvier 2010

Auteur : Laurent Frichet - TSAVO PRESSE

Source : Le Figaro

Mentions légales