le journal de la santé naturelle et globale

inscription
à la Newsletter...

Que vaut une vie qui s’oublie pour en singer une autre ?

Patrick Chamoiseau

La pauvreté, c'est le maximum d'effort pour le minimum de résultat. La richesse, c'est le minimum d'effort pour le maximum de résultat

Pascal

Il se pourrait qu’aucune pensée, si fugitive, si inavouée soit-elle, ne passe dans le monde sans laisser de trace.

Cesare Pavese

Ne pas chercher à ne pas souffrir ni à moins souffrir, mais à ne pas être altéré par la souffrance.

Simone Weil

L´homme pressé cherche la porte et passe devant.

Goethe

L’espérance est un risque à courir

Georges Bernanos

Changer le passé, les dieux eux-mêmes y sont impuissants.

Henri Heine

Faire un peu est mieux que ne rien faire. Faire un peu plus est mieux que faire un peu moins. Faire de son mieux et s'en réjouir reste l'essentiel.

Je marche pour savoir où je vais.

Goethe

Oser, c’est perdre pied momentanément. Ne pas oser, c’est se perdre soi-même.

Kierkegaard

Alzheimer : retarder le départ à la retraite réduit le risque

Anne Jouan note dans Le Figaro que selon les travaux de chercheurs de l'Institut de psychiatrie du Kings College de Londres, publiés dans The International Journal of Geriatric Psychiatry, « travailler longtemps, autrement dit partir à la retraite le plus tard possible, a des effets bénéfiques sur les stimulations du cerveau, au point même de retarder l'apparition de la maladie d'Alzheimer ».

La journaliste explique ainsi que « John Powell, spécialiste en génétique, et Simon Lovestone, professeur de psychiatrie, ont étudié 382 Britanniques, exclusivement des hommes, atteints de démence sénile. Ils ont relevé que ceux qui avaient continué à travailler longtemps après l'âge moyen du départ à la retraite avaient souffert de la maladie d'Alzheimer bien plus tard que ceux qui ont arrêté tôt de travailler ».
Anne Jouan précise que « chaque année de travail en plus serait même associée à un retard de 6 semaines pour l'apparition des premiers symptômes de la maladie ».
« En résumé, garder une activité intellectuelle, physique et sociale à tout âge apporte d'importants bénéfices pour la santé, en contribuant notamment à réduire le risque de démence », observe la journaliste.
Anne Jouan remarque que « la taille réduite des effectifs étudiés ne permet cependant pas de tirer de conclusions définitives. Et les auteurs insistent sur le fait que les conditions de la retraite ont une importance évidemment non négligeable, certains individus étant plus actifs intellectuellement à la retraite que lorsqu'ils travaillaient ».

Date de la dépêche : 19 mai 2009

Auteur : Laurent Frichet - TSAVO PRESSE

Source : Le Figaro

Mentions légales