le journal de la santé naturelle et globale

inscription
à la Newsletter...

La différence entre ce que nous désirons et ce que nous redoutons est à peine plus épaisse qu’un cil.

Jay Mc Inerney

Qui craint de souffrir, souffre déjà de ce qu'il craint.

Montaigne

Accepter, ce n’est pas la même chose que s’adapter tant bien que mal.

Swami Prajnanpad

Quand tu rencontres un obstacle, fais-en ta cible.

Paul Smith

La maladie, sa racine hébraïque « malaha » le révèle, consiste à tourner en rond.

Christiane Singer

Réserve une demi-heure chaque jour à la prière, sauf lorsque tu as beaucoup à faire. Dans ce cas prends une heure.

François de Sales

A la fin de chaque vérité il faut ajouter que l’on se souvient de la vérité opposée.

Pascal

Je marche pour savoir où je vais

Goethe

Le plaisir se ramasse La joie se cueille Et le bonheur se cultive

Bouddha

Souvent au lieu de penser on se fait des idées

Louis Scutenaire

Le manque de sommeil fait chuter la testostérone chez les hommes

Le Figaro note qu’un article qui vient de paraître dans le Journal of American Medical Association « révèle que la restriction de sommeil altère profondément la sécrétion de testostérone, avec à long terme des conséquences non négligeables sur la santé ».

Le quotidien explique que « l’équipe du centre de recherche clinique de l’université de Chicago s’est intéressée à 10 jeunes hommes âgés de 24 ans en moyenne, minces et en bonne santé. Après avoir subi une batterie de tests pour évaluer leur état hormonal et psychiatrique, ils ont commencé la première phase de l’expérimentation en dormant 10 heures d’affilée, pendant 3 nuits, au laboratoire. Puis, pour les 8 nuits suivantes, ils n’ont pu se plonger dans le sommeil que pendant 5 heures ».
Le Figaro remarque que « les dosages réguliers de testostérone pendant toute la durée de l’expérience et après, ont permis d’observer une baisse de 10 à 15% du taux de l’hormone mâle lors de la phase de privation de sommeil. Le taux était particulièrement bas pendant la phase entre 14 heures et 22 heures ».
Le journal ajoute que « parallèlement aux dosages, les volontaires notaient leurs états d’âmes régulièrement, ce qui a permis de voir que c’est au moment où leur testostérone était la plus basse qu’ils se sentaient le moins bien. Selon les auteurs, leur humeur et leur force s’amenuisaient un peu plus chaque jour supplémentaire de restriction de sommeil ».
L’auteur principal de l’étude, Eve Van Cauter (Université de Chicago), remarque que « les taux faibles de testostérone sont associés avec une réduction du sentiment de bien-être et de force, et peuvent être la conséquence d’une insuffisance de sommeil. Au moins 15% de la population américaine dort moins de 5 heures par nuit, ce qui peut avoir des effets néfastes sur la santé ».
« Le manque de sommeil aboutirait à un taux de testostérone correspondant à une personne ayant 10 ou 15 ans de plus », 
poursuit la chercheuse.


Date de la dépêche : 19 juin 2011

Auteur : Laurent Frichet

Source : Le Figaro

Mentions légales