le journal de la santé naturelle et globale

inscription
à la Newsletter...

Peu importe si le début paraît petit

Henri David Thoreau

La seule chose promise d'avance à l'échec est celle que l'on ne tente pas.

Paul Emile Victor

Il faut perdre la moitié de son temps pour pouvoir employer l’autre.

Locke

La confiance est un élément majeur : sans elle, aucun projet n'aboutit.

Eric Tabarly

Pour aller de l’avant, il faut prendre du recul. Car prendre du recul, c’est prendre de l’élan.

Mc Solaar

Le meilleur en la vie est gratuit.

Albert Schweitzer

"oui" et "non" sont les mots les plus courts et les plus faciles à prononcer, et ceux qui demandent le plus d’examen

Talleyrand

Romain Rolland

Quoi que tu rêves d’entreprendre, commence-le. L’audace a du génie, du pouvoir, de la magie.

Goethe

Ne pas chercher à ne pas souffrir ni à moins souffrir, mais à ne pas être altéré par la souffrance.

Simone Weil

Le manque de sommeil fait chuter la testostérone chez les hommes

Le Figaro note qu’un article qui vient de paraître dans le Journal of American Medical Association « révèle que la restriction de sommeil altère profondément la sécrétion de testostérone, avec à long terme des conséquences non négligeables sur la santé ».

Le quotidien explique que « l’équipe du centre de recherche clinique de l’université de Chicago s’est intéressée à 10 jeunes hommes âgés de 24 ans en moyenne, minces et en bonne santé. Après avoir subi une batterie de tests pour évaluer leur état hormonal et psychiatrique, ils ont commencé la première phase de l’expérimentation en dormant 10 heures d’affilée, pendant 3 nuits, au laboratoire. Puis, pour les 8 nuits suivantes, ils n’ont pu se plonger dans le sommeil que pendant 5 heures ».
Le Figaro remarque que « les dosages réguliers de testostérone pendant toute la durée de l’expérience et après, ont permis d’observer une baisse de 10 à 15% du taux de l’hormone mâle lors de la phase de privation de sommeil. Le taux était particulièrement bas pendant la phase entre 14 heures et 22 heures ».
Le journal ajoute que « parallèlement aux dosages, les volontaires notaient leurs états d’âmes régulièrement, ce qui a permis de voir que c’est au moment où leur testostérone était la plus basse qu’ils se sentaient le moins bien. Selon les auteurs, leur humeur et leur force s’amenuisaient un peu plus chaque jour supplémentaire de restriction de sommeil ».
L’auteur principal de l’étude, Eve Van Cauter (Université de Chicago), remarque que « les taux faibles de testostérone sont associés avec une réduction du sentiment de bien-être et de force, et peuvent être la conséquence d’une insuffisance de sommeil. Au moins 15% de la population américaine dort moins de 5 heures par nuit, ce qui peut avoir des effets néfastes sur la santé ».
« Le manque de sommeil aboutirait à un taux de testostérone correspondant à une personne ayant 10 ou 15 ans de plus », 
poursuit la chercheuse.


Date de la dépêche : 19 juin 2011

Auteur : Laurent Frichet

Source : Le Figaro

Mentions légales