le journal de la santé naturelle et globale

inscription
à la Newsletter...

L’amitié double les joies et réduit de moitié les peines.

Francis Bacon

L'ignorant n'est pas celui qui manque d'érudition mais celui qui se ne connaît pas lui-même.

Krishnamurti

Que vaut une vie qui s’oublie pour en singer une autre ?

Patrick Chamoiseau

Pour cacher un mensonge, il faut mentir mille fois.

Proverbe indien

Quand ton esprit n’est pas encombré de choses inutiles, c’est la meilleure saison de la vie.

Wu-men

Faire un peu est mieux que ne rien faire. Faire un peu plus est mieux que faire un peu moins. Faire de son mieux et s'en réjouir reste l'essentiel.

Béni est celui qui a trouvé sa tâche. Qu’il ne cherche pas d’autre félicité.

Thomas Carlyle

Quand tu rencontres un obstacle, fais-en ta cible.

Paul Smith

La seule chose qu’on est sûr de ne pas réussir est celle qu’on ne tente pas

Paul Emile Victor

La gratitude n'est pas seulement la plus grande des vertus, c'est aussi la mère de toutes les autres.

Cicéron

Les omégas 3 sont vraiment une arme antidépression

Le Parisien indique en effet que « deux chercheurs de l’Inra viennent de révéler que [les omégas 3] aideraient notre cerveau à lutter contre la dépression et les troubles de l’humeur ».

Le journal relève notamment qu’« une étude, parue dans Life Science en 2003, s’est penchée sur plus de 10 000 femmes enceintes. Celles qui ont développé une dépression post-partum avaient un niveau moins élevé de DHA dans les lipides du plasma prélevé le jour de la naissance ».
Le Parisien note qu’« en prévention des troubles dépressifs, Pierre Astorg [co-auteur de l’étude] conseille à chacun de «manger du poisson gras deux ou trois fois par semaine, et de ne pas hésiter à consommer des compléments alimentaires riches en omégas 3, à raison de 1 à 2 g par jour ».
Concernant un « risque de surdose », le chercheur précise que « le seul souci pourrait être un trouble de la coagulation, mais il faudrait dépasser les 5 à 10 g par jour, ce qui est énorme ».

Date de la dépêche : 27 janvier 2010

Auteur : Laurent Frichet

Source : Le Parisien

Mentions légales