le journal de la santé naturelle et globale

inscription
à la Newsletter...

L'homme est né libre, de ses penchants il se construit une prison, sans s'en rendre compte, il en devient prisonnier.

Khalil Gibran

Peu importe si le début paraît petit

Henri David Thoreau

Le réel montre plus de relationnel que de rationnel.

Michel Serres

L´échec est le fondement de la réussite.

Lao-Tseu

Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risques. Choisis ton risque. A te regarder, ils s'habitueront.

René Char

La richesse consiste bien plus dans l’usage qu’on en fait que dans la possession.

Aristote

Le bonheur ne se trouve pas dans les choses ou les événements mais dans le regard que l’on porte sur eux.

Faouzi Skali

La violence est ce qui ne parle pas.

Gilles Deleuze

Quand ton esprit n’est pas encombré de choses inutiles, c’est la meilleure saison de la vie.

Wu-men

Le mental vit dans un cercle vicieux. Il crée lui-même les problèmes et essaie ensuite de les résoudre.

Swami Prajnanpad

Les omégas 3 sont vraiment une arme antidépression

Le Parisien indique en effet que « deux chercheurs de l’Inra viennent de révéler que [les omégas 3] aideraient notre cerveau à lutter contre la dépression et les troubles de l’humeur ».

Le journal relève notamment qu’« une étude, parue dans Life Science en 2003, s’est penchée sur plus de 10 000 femmes enceintes. Celles qui ont développé une dépression post-partum avaient un niveau moins élevé de DHA dans les lipides du plasma prélevé le jour de la naissance ».
Le Parisien note qu’« en prévention des troubles dépressifs, Pierre Astorg [co-auteur de l’étude] conseille à chacun de «manger du poisson gras deux ou trois fois par semaine, et de ne pas hésiter à consommer des compléments alimentaires riches en omégas 3, à raison de 1 à 2 g par jour ».
Concernant un « risque de surdose », le chercheur précise que « le seul souci pourrait être un trouble de la coagulation, mais il faudrait dépasser les 5 à 10 g par jour, ce qui est énorme ».

Date de la dépêche : 27 janvier 2010

Auteur : Laurent Frichet

Source : Le Parisien

Mentions légales