le journal de la santé naturelle et globale

inscription
à la Newsletter...

On surestime ce que l’on n’est pas et on sous-estime ce que l’on est

Malcolm Forbe

L’esprit cache, se voile des choses ; mais le corps sait, peut-être.

Henry Bauchau

Il faut perdre la moitié de son temps pour pouvoir employer l’autre.

Locke

Il faut toujours viser la lune car, même en cas d'échec, on atterrit dans les étoiles.

Oscar Wilde

Il y a beaucoup de gens dont la facilité de parler ne vient que de l'impuissance de se taire.

Edmond Rostand

Quand tu rencontres un obstacle, fais-en ta cible.

Paul Smith

La vie de chacun de nous n’est pas une tentative d’aimer, elle est l’unique essai.

Pascal Quignard

Notre peur la plus profonde n’est pas que nous ne soyons pas à la hauteur, Notre peur la plus profonde est que nous sommes puissants au-delà de toute limite, C’est notre propre lumière et non pas notre obscurité qui nous effraie le plus.

Nelson Mandela

Accepter les dépendances que nous impose la nature, c’est la sagesse, les aimer, c’est le bonheur.

Bernard Grasset

D'abord ils vous ignorent, puis ils vous raillent, ensuite ils vous combattent, enfin vous gagnez

Gandhi

L'acupuncture efficace contre la bronchite chronique

Damien Mascret se penche dans Le Figaro sur les résultats « surprenants » que viennent de publier des chercheurs des universités de médecine de Tokyo, Kyoto et Osaka (Japon) dans les Archives of Internal Medicine. Le journaliste explique que « le Pr Masao Suzuki et ses collègues ont réparti au hasard, en deux groupes de 34 personnes chacun, des malades atteints de bronchite chronique (broncho-pneumopathie chronique obstructive de stade 2, 3 ou 4) et traités pour cela ».

« Pendant les 12 semaines de l’essai, le premier groupe bénéficiait d’une séance hebdomadaire d’acupuncture sur 20 points précisément déterminés dans le protocole de l’étude. L’autre groupe «bénéficiait» de fausses séances puisque les aiguilles n’étaient pas enfoncées dans la peau », note Damien Mascret.
Le journaliste observe que « lors des tests de marche, les malades ayant reçu la «vraie» acupuncture étaient moins essoufflés (plus de 3,5 points de moins sur l’échelle d’essoufflement, qui en compte 10), parcouraient une plus grande distance en 6 minutes (près de 80 m de plus en moyenne, la base étant de l’ordre de 400 m) et avaient même une meilleure oxygénation ».
Damien Mascret précise que « les investigateurs avaient pris toutes les précautions pour que l’évaluation des éventuels effets de l’acupuncture soit la plus rigoureuse possible ». Le Pr Alain Didier, pneumologue au CHU de Toulouse et président de la Société de pneumologie de langue française, remarque ainsi : « C’était très important car il est très difficile d’avoir un vrai effet placebo avec l’acupuncture. Les patients s’en rendent compte ».
Le journaliste indique que « les malades qui suivaient de fausses séances d’acupuncture décrivaient des sensations différentes lors de la pseudo-stimulation des points d’énergie. L’idéal aurait été de choisir des malades n’ayant jamais eu d’acupuncture mais la pratique est très répandue au Japon. Une limite de l’étude pour le Pr Didier », qui s’interroge : « Aurait-on les mêmes résultats dans la population européenne ? ».
De son côté, le Pr Nicolas Roche, pneumologue à l’Hôtel-Dieu (Paris) remarque que « s’ils sont tous en faveur de l’acupuncture, ces résultats n’en sont pas moins troublants pour les adeptes de la médecine occidentale classique. […] La qualité de vie [des patients sous acupuncture] s’améliorait très significativement, de même que leur état nutritionnel, l’amplitude des mouvements thoraciques entre expiration et inspiration, la force de leurs muscles respiratoires et, à un moindre degré, certains indices de fonction respiratoire ».
Damien Mascret relève toutefois que « ce spécialiste émet quelques réserves, notamment «l’effectif limité» de malades (34 seulement par groupe), «quelques différences dans les caractéristiques des deux groupes étudiés» ou encore «la durée de suivi trop courte». […] Un bilan effectué seulement après 3 mois d’acupuncture ne suffit pas ».
Le journaliste conclut néanmoins qu’il est « difficile de faire l’impasse sur ce que pourrait amener la médecine chinoise au vu d’une telle étude ».

Date de la dépêche : 18 juin 2012

Auteur : Laurent Frichet

Source : Le Figaro

Mentions légales