le journal de la santé naturelle et globale

inscription
à la Newsletter...

Une blessure écoute toujours plus, finalement, qu’une oreille.

Henry Bauchau

On devrait attacher moins d'importance à ce que l'on va faire qu'à ce que l'on est.

Maître Eckart

La folie est de se comporter toujours de la même manière et de s’attendre à des résultats différents.

Albert Einstein

C'est une absolue perfection, et comme divine, que de savoir jouir loyalement de son être.

Montaigne

Ne néglige pas le temps pour te construire.

Proverbe chinois

Il se pourrait qu’aucune pensée, si fugitive, si inavouée soit-elle, ne passe dans le monde sans laisser de trace.

Cesare Pavese

Le bonheur, c’est de continuer à désirer ce qu’on possède

Saint-Augustin

Que vaut une vie qui s’oublie pour en singer une autre ?

Patrick Chamoiseau

Si quelqu’un me guérit et me retire mon mal, j’entends aussi qu’il me hisse au niveau de conscience que j’aurais atteint si j’avais moi-même résolu ce que ce mal devait m’apprendre. Sinon, s’il me laisse dans le même état de conscience après m’avoir retiré mon mal, il me vole l’outil de croissance que peut être cette maladie.

Yvan Amar

La violence est ce qui ne parle pas.

Gilles Deleuze

Du cuivre pour lutter contre les infections à l'hôpital

Le Figaro note en effet que « l'utilisation de ce métal aux vertus antimicrobiennes dans la robinetterie, les poignées de portes et autres éléments de mobilier, pourrait permettre de limiter les infections nosocomiales ».
Le journal s’intéresse au centre intergénérationnel multi-accueil (Cigma) de Laval, en Mayenne, qui « a fait le choix du cuivre: 260 mètres de mains courantes et 200 paires de poignées de porte en métal précieux en lieu et place de l'inox ou du PVC traditionnels ».
Le Figaro relève que « le gestionnaire de cet établissement d'hébergement de personnes âgées, qui fait également office de crèche, souhaite ainsi protéger ses pensionnaires contre les bactéries. L'idée lui vient d'Angleterre. En 2006, l'université de Southampton publie en effet une étude dans laquelle elle démontre les propriétés antimicrobiennes du cuivre ».
« Plus de 99% des principales bactéries, même très résistantes aux antibiotiques, meurent en moins de 2 heures sur une surface cuivrée ou en alliage de cuivre », 
explique le quotidien.
Le Figaro fait savoir que « lundi, quelques jours avant la Journée mondiale sur la résistance bactérienne organisée le 7 avril par l'OMS, l'université a réalisé, en partenariat avec l'Institut européen du cuivre, une expérience impressionnante diffusée en direct sur Internet ».
Le journal constate que « la quasi intégralité des 10 millions de staphylocoques dorés résistants à la méticilline déposés sur un morceau en cuivre d'un cm2 sont tués en moins de 8 minutes. Sur une surface témoin en inox, les bactéries continuent au contraire à se développer ».
Le microbiologiste Bill Keevil (Southampton, Grande-Bretagne), explique : « Les ions cuivres en surface sont intégrés dans le métabolisme des microbes et conduisent à la formation de molécules qui viennent perturber leur respiration ».
Le Figaro remarque que « pour le moment, aucun résultat sur le bénéfice direct pour les patients n'a été publié. Aux Etats-Unis, où les propriétés microbicides de 282 alliages en cuivre ont été reconnues par les autorités depuis 2008, les scientifiques regardent si l'utilisation de ces matériaux dans le mobilier permet effectivement de limiter le nombre d'infections ».
Le journal note toutefois que « cette nouvelle piste de lutte contre les infections, aussi encourageante soit-elle, a un coût. Le Cigma de Laval, premier établissement en France à expérimenter le cuivre, a déboursé 35.000 € pour ses équipements novateurs. Autant dire que remplacer tous les éléments métalliques des lits, des brancards, des portes battantes ou encore des stéthoscopes et des cuvettes de toilettes dans les hôpitaux représenterait un investissement considérable ».

Date de la dépêche : 09 juin 2011

Auteur : Laurent Frichet

Source : Le Figaro

Mentions légales