le journal de la santé naturelle et globale

inscription
à la Newsletter...

Celui qui a franchi le seuil de la porte a déjà parcouru une bonne partie du chemin.

Proverbe hollandais

Toute libération juste n'affranchit pas seulement de quelque chose, mais aussi vers quelque chose.

Karlfried Graf Dürckheim

L’esprit cache, se voile des choses ; mais le corps sait, peut-être.

Henry Bauchau

Qui se blesse soi-même ne se manque jamais.

Proverbe berbère

Oser, c’est perdre pied momentanément. Ne pas oser, c’est se perdre soi-même.

Kierkegaard

Ce qu’on ne veut pas savoir de soi-même finit par arriver de l’extérieur sous forme de destin.

C.G. jung

Lorsqu'il n'y a plus rien à faire, que faites-vous?

Koan zen

On devrait attacher moins d'importance à ce que l'on va faire qu'à ce que l'on est.

Maître Eckart

L’obstacle est matière à action.

Marc Aurèle

Je marche pour savoir où je vais.

Goethe

Une loi pour en finir avec le mercure dentaire : état des lieux et propositions

Le 12 décembre 2013 - Députés, sénateurs et associations se sont regroupés pour proposer un projet de loi visant à interdire le mercure dentaire en France.

L'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) désigne le mercure comme l'une des 10 substances les plus préoccupantes dans le domaine de la santé. Ce métal est toxique pour le cerveau, pour les reins, pour le système immunitaire et il est, en plus, un perturbateur endocrinien. Le mercure métallique est classé cancérogène, mutagène et toxique pour la reproduction. Du fait de la variabilité des sensibilités individuelles, il est impossible de définir un niveau de toxicité sans danger pour la population. Toutes les études concourent donc à conclure à la nécessité de l'abandon du mercure dentaire qui entre pour 50% dans la composition des « plombages ».
La Convention internationale de Minamata pour interdire le mercure dentaire

En octobre 2013, a eu lieu la première convention internationale sur une substance spécifique, le mercure, le désignant comme l'une des plus toxiques que l'on connaisse et qui doit donc se voir interdire pour les utilisations pour lesquelles des alternatives existent. « Hélas, de façon paradoxale, l'interdiction du mercure dentaire n'a pas été décidée : son remplacement par des alternatives doit être favorisé, mais aucune date pour son abandon n'a été fixée. Pour les autres usages du mercure : lampes, fabrication de chlore et soude, industrie des plastiques... la date limite d'élimination est 2020 », précise Marie Grosman.

Lire la suite

Date de la dépêche : 15 décembre 2013

Auteur : Raïssa Blankoff

Source : Passeport Santé

Mentions légales