le journal de la santé naturelle et globale

inscription
à la Newsletter...

Qu’est-ce que le bonheur, sinon le simple accord entre un être et l’existence qu’il mène.

Albert Camus

Ce qui te manque, cherche-le dans ce que tu as

Koan Zen

Tu connais l’utilité mais connais-tu l’utilité de l’inutile ?

Lao Tseu

Il n’est pas une seule chose qui échappe au moment présent.

Dogen

Il faut perdre la moitié de son temps pour pouvoir employer l’autre.

Locke

Accepter, ce n’est pas la même chose que s’adapter tant bien que mal.

Swami Prajnanpad

La maladie est l’effort que fait la nature pour guérir l’homme.

C.G.Jung

On devrait attacher moins d'importance à ce que l'on va faire qu'à ce que l'on est.

Maître Eckart

Il y a beaucoup de gens dont la facilité de parler ne vient que de l'impuissance de se taire.

Edmond Rostand

Nous avons inventé la vitesse et nous tournons en rond.

Charlie Chaplin

Le stress oxydant ou comment rouiller moins vite pour moins de maladies

Le stress oxydant a fait l’objet depuis ces vingt dernières années de 126 000 publications dans le monde, contre, par exemple, 7 .000 sur la maladie d’Alzheimer. Malgré la pauvreté des preuves cliniques, faute de financement en matière de recherche, le stress oxydant est l’un des sujets les plus étudiés aujourd’hui.

Document rédigé par Raïssa Blankoff, naturopathe-aromathérapeute

Les dernières avancées du stress oxydant d’après un spécialiste, le Dr Michel Brack, spécialiste du stress oxydatif et fondateur de l’Oxidative Stress College, qui, après avoir été attaché à une unité INSERM, a rejoint le groupe GE santé et Retraite.

Le stress oxydant, une nécessité pour le cerveau humain

Le stress oxydant a fait l’objet depuis ces vingt dernières années de 126 000 publications dans le monde, contre, par exemple, 7 .000 sur la maladie d’Alzheimer. Malgré la pauvreté des preuves cliniques, faute de financement en matière de recherche, le stress oxydant est l’un des sujets les plus étudiés aujourd’hui.

Il faut savoir que :

  • Le stress oxydant doit être considéré comme un état pathologique ;
  • Le stress oxydant ne peut se résumer à une problématique nutritionnelle, sa correction nécessite le plus souvent une supplémentation nutritionnelle dirigée et individualisée ;
  • Le stress oxydant est mesurable et corrigeable.

Si la mort, par définition, rime avec raideur, la vie, elle, demande de la souplesse. Les cellules de notre corps sont entourées de membranes qui doivent assurer des échanges nourriciers et détoxifiants très importants et complexes. Pour fonctionner de façon optimale, elles se doivent d’être souples, et cette possibilité est assurée notamment par les oméga-3. Cette souplesse, cependant, a une contrepartie : les acides gras oméga-3 sont très oxydables, fragiles et vulnérables.

Il suffit pour s’en rendre compte de comparer la durée de vie d’un morceau de saindoux -acides gras saturés- à une huile de lin par exemple. Si cette dernière sera parfaitement apte à se mélanger, elle sera en contrepartie bien plus sujette au rancissement que le saindoux. Rigide et saturée ou souple et insaturée, une bonne mesure doit être trouvée et respectée. Notre cerveau, dont  la richesse en acides gras oméga-3 lui confèrent ses capacités évolutives, est particulièrement susceptible de subir les assauts du stress oxydant. C’est le tribut que nous payons pour vivre intelligents.

 

Un stress oxydant est un facteur péjoratif d’un grand nombre de maladies (suite)

 

 

Date de la dépêche : 01 janvier 2016

Auteur : Raïssa Blankoff

Source : Passeport Santé

Mentions légales