le journal de la santé naturelle et globale

inscription
à la Newsletter...

Béni est celui qui a trouvé sa tâche. Qu’il ne cherche pas d’autre félicité.

Thomas Carlyle

Que fait-on quand un problème est insoluble ? On change le problème.

Jean Monnet

Lorsqu'il n'y a plus rien à faire, que faites-vous?

Koan zen

La terre ne rend jamais sans intérêt ce qu'elle a reçu.

L’esprit cache, se voile des choses ; mais le corps sait, peut-être.

Henry Bauchau

De votre ami dites du bien ; de votre ennemi, ne dites rien.

Proverbe anglais

Que de maladies qui ne sont en réalité que des guérisons

La violence est ce qui ne parle pas.

Gilles Deleuze

Nous avons inventé la vitesse et nous tournons en rond.

Charlie Chaplin

Vivre simplement pour que simplement d'autres puissent vivre

Gandhi

Insuffisance veineuse : Jambes lourdes, rétention d’eau à causes multiples, remèdes multiples

La méthode C.H.I.V.A.*, chirurgie conservatrice des varices, améliore la circulation de retour tout en préservant le capital veineux.

En France, 18 millions de personnes, dont un homme pour 4 femmes, souffrent d’insuffisance veineuse Cette pathologie complexe est d’origine multifactorielle : hérédité (défaut de structure de la paroi veineuse), position debout, chaleur, alimentation et mode de vie, surpoids, tabac, nombre de grossesses à terme, constipation, imprégnation œstrogénique…
Les symptômes et les plaintes des patients concernant leurs membres inférieurs sont nombreux et très divers : lourdeurs, crampes, paresthésies, prurit, eczéma, ulcère, impatiences, claudication veineuse, œdèmes, fourmillements, aspect inesthétique …
Le Dr. Donatella Negro**, chirurgien, propose, outre l’intervention chirurgicale conservatrice C.H.I.V.A., une prise en charge globale et individualisée du patient.

Génétique, terrain, alimentation et hygiène de vie se superposent dans la pathologie de l’insuffisance veineuse. Les moyens sont nombreux pour renforcer cette fragilité et améliorer son confort de vie.

• Ce qui se passe : le sang soumis à l’action de la pesanteur est attiré vers le bas en permanence. Selon l’âge, le sexe, la génétique, l’hygiène de vie, la nutrition, des paramètres se modifient petit à petit : perte d’élasticité des veines et des tissus et affaiblissement des valvules en nid de pigeon qui, fixés sur la paroi veineuse comme de petits bourgeons sur un tronc d’arbre et tournés vers le haut, aident le sang à remonter vers le cœur, ce qui entraîne des stagnations qu’on appelle stase, ainsi qu’une fuite d’eau vers les tissus voisins à cause de la perméabilité des tissus, et est à l’origine des oedèmes. La qualité du sang entre également en ligne de compte. Les femmes sont plus touchés que les hommes  car les hormones féminines sont responsables de stockage (graisse, eau) ce qui explique l’aggravation des symptômes en 2ème partie de cycle, et leur apparition ou aggravation pendant la grossesse, également  avec certaines pilules.  La sédentarité et sa conséquence,  le manque d’ampleur respiratoire, amplifie les stases.

• Les symptômes : jambes lourdes, chevilles gonflées, veines apparentes et varices, fourmillements,  station debout pénible

Cette fragilité chronique peut être améliorée par une bonne hygiène de vie et le secours de certaines plantes

Suite du dossier sur passeportsante

 

 

Description de l'image

La circulation de retour, d’abord comprendre comment ça marche

Il existe deux réseaux veineux au niveau des membres inférieurs :

  • un réseau veineux profond, à gros débit, à paroi solide, protégé par les muscles tout autour et drainant 90% de la circulation retour.
  • un réseau veineux superficiel, axe secondaire à faible débit, situé sous la peau, qui draine 10% de la circulation. La santé de notre peau dépend dans une grande mesure du bon fonctionnement de ce réseau secondaire qui la nourrit et la nettoie. Si, par inefficacité circulatoire, les toxines et déchets ne sont pas remontés au foie pour être traités et éliminés, ils se retrouvent stockés sous la peau, ce qui crée de l’inflammation, des douleurs, des lourdeurs, des troubles de la peau, des fourmillements, des crampes, et des varices.

La varice est une veine dilatée où le sang circule à l’envers, la circulation dans les veines des membres inférieurs se faisant normalement du bas vers le haut. Cette circulation qui défie les lois de la pesanteur est rendue possible par la différence de pression entre ces veines et le thorax, et par la présence de valvules qui contrecarrent la force gravitationnelle. Dans le cas de l’insuffisance veineuse, elles perdent leur fonction de clapet anti-reflux. Une valvule incontinente entraîne un reflux qui dilate les parois veineuses. Une paroi dilatée, forcée par la pression, écarte les valvules, ce qui entraîne un reflux qui dilate davantage la paroi déjà fragilisée, et c’est le cercle vicieux de la maladie variqueuse, avec ses stagnations.
Avant d’en arriver là, le système lymphatique pallie et prend en charge les déchets, notamment les grosses molécules protéiques, avec pour résultat une lymphe encombrée qui, à son tour, ne joue plus correctement son rôle.

Mais, entre les deux réseaux, existent une centaine de veines dites perforantes qui relient les deux réseaux comme les barreaux d’une échelle relient ses deux montants. Et ce sont ces barreaux dont va se servir le chirurgien spécialisé en méthode C.H.I.V.A.

Préférez l’itinéraire bis

Le traitement conservateur C.H.I.V.A. proposé par le Dr. Donatella Negro ne nécessite pas l’ablation ou la destruction des veines. De simples ligatures aux endroits stratégiques – les « barreaux de l’échelle » – permettent de restaurer un flux veineux efficace sans détruire ni enlever les veines, grâce à un procédé de dérivation du réseau superficiel vers le réseau profond à travers les veines communicantes transversales. On pourrait la comparer à l’itinéraire bis de « Bison futé ». Le sang du réseau superficiel qui descend, au lieu de remonter, est dérivé vers la veine profonde. Celle-ci doit évidemment être en bon état, ce qui est le cas, le plus souvent. Le sang dérivé est remonté par « étages » en fonction de l’état de la veine sur toute sa longueur et des portions abîmées. On obtient alors un changement des paramètres qui règlent la circulation veineuse.
« Il ne s’agit pas d’une opération standard, mais personnalisée, » explique le dr. Donatella Negro, elle corrige l’hémodynamique, en conservant le capital veineux. Elle corrige le reflux et l’hyperpression. La circulation est améliorée et en plus, la veine endommagée récupère peu à peu son diamètre et son épaisseur de paroi normale! »

Comparons cette méthode au traitement traditionnel des varices : celui-ci consiste soit à enlever des veines superficielles - c’est le stripping - ou à détruire les veines chimiquement - c’est la sclérothérapie - en injectant un produit irritant directement dans la veine qui se bouche, puis se détruit. Un des inconvénients de ces méthodes est qu’elles déplacent l’anomalie sur d’autres veines qui seront surchargées et deviendront, à leur tour, incontinentes.
La méthode C.H.I.V.A. s’appuie sur un échodoppler très précis qui permet d’établir une véritable cartographie veineuse personnalisée. C’est une technique à la carte qui répond de façon spécifique à la problématique du patient. Ce traitement consiste à interrompre par une section-ligature la veine principale au dessous des veines communicantes ou perforantes, une dérivation est ainsi créée, qui permet au sang de passer à travers les veines communicantes, dans la veine profonde où la circulation se fait normalement. Les section-ligatures sont effectuée à travers des petites incisions de 2 mm environ, effectuées sous anesthésie locale, très peu traumatisante pour l’organisme, et garantissant un très bon résultat esthétique. Les incisions respectent les trajets nerveux et lymphatiques. Après l’intervention, il est possible, et même conseillé, de remarcher tout de suite.

La méthode C.H.I.V.A s'avère plus efficace que les traitements classiques en termes de résultats clinique et de récidives selon les règles de la médecine basée sur les preuves (evidence based medecine) et sur des études internationales, comparatives stripping/CHIVA. Une bonne raison de plus pour renoncer aux traitements destructeurs des troncs saphéniens dont l’utilité comme matériel de pontage est inéluctable tant par leur qualité que par la croissance des besoins qui augmente avec l’espérance de vie.

Prise en charge globale

Le dr. Negro propose, avant intervention, une préparation nutritionnelle adaptée à chaque profil, afin d’optimiser la cicatrisation. Elle préconise une hygiène de vie et des habitudes alimentaires adaptées, ainsi qu’une micro nutrition spécifique des tissus et des organes impliqués : l’intestin et sa flore qui jouent un rôle dans l’absorption des nutriments nécessaires à la qualité de la paroi veineuse ; le foie, directement responsable de la fluidité sanguine, qui se voit drainé de ses surcharges.
Le dr. Negro recommande des exercices musculaires, posturaux et respiratoires adaptés à la pathologie et au patient, destinés à améliorer la circulation de retour, introduit une gymnastique particulière, la gymnastique vasculaire active, discute avec son patient sur les sports les mieux et les moins bien adaptés à son état et à ses possibilités, et prescrit des remèdes naturels et homéopathiques comme le gingko biloba et bien d’autres ,destinés à optimiser tous les paramètres de cette circulation. Une prise en charge globale et personnalisée qui, en outre, favorise un meilleur état de santé général.

 

Pratiquement

 

Echodoppler : 45 minutes dans un cabinet d’angiologie spécialisé (il en existe deux à Paris)
Intervention : sous sédation et anesthésie locale, elle dure 20 minutes à 2 heures, selon les cas, en ambulatoire

*Cure Hémodynamique de l’Insuffisance Veineuse en Ambulatoire
**Dr Donatella Negro, chirurgien généraliste depuis 1983, s’est spécialisée en chirurgie esthétique plastique et reconstructrice. Elle pratique la CHIVA depuis 20 ans.
www.drdonatellanegro.com

Date de la dépêche : 01 juin 2009

Auteur : Raïssa Blankoff

Mentions légales