le journal de la santé naturelle et globale

inscription
à la Newsletter...

De nos maladies, la plus sauvage est de mépriser notre être.

Montaigne

La richesse consiste bien plus dans l’usage qu’on en fait que dans la possession.

Aristote

Attendre d'en savoir assez pour agir en toute lumière, c'est se condamner à l'inaction.

Jean Rostand

Tout ce que nous voyons pourrait aussi être autrement.

Ludwig Wittgenstein

La gratitude n'est pas seulement la plus grande des vertus, c'est aussi la mère de toutes les autres.

Cicéron

La personne qui entre d'un côté de l'expérience méditative n'est pas la même que celle qui sort de l'autre côté.

Gunaratana

Qu'est-ce que le bonheur sinon le simple accord entre un être et l'existence qu'il mène.

Albert Camus

Il faut perdre la moitié de son temps pour pouvoir employer l’autre.

Locke

Chacun de nous est sans limites ; chacun de nous est inévitable ; chacun de nous avec son droit sur la Terre.

Walt Whitman

Tout le monde croit que le fruit est l'essentiel de l'arbre quand, en réalité, c'est la graine.

Nietzsche

Le corps n’est pas une machine

L’homme, depuis le début de son existence, a été amené à bouger sans cesse. Du matin au soir, du lever au coucher, il pousse, tire, marche, court, se penche, se tourne, soulève, porte. Chaque action, chaque geste demande force, précision, habilité, concentration. Le plus souvent, sa survie en dépend.

Il y a seulement quelques dizaines d’années - et c’est encore le cas aujourd’hui dans de nombreux pays du monde - tous les travaux du quotidien nécessitaient un investissement physique permanent : aller chercher l’eau, broyer les aliments, tirer les bêtes, laver le linge, chercher le bois, faire commerce. Le mouvement faisait corps avec l’homme, indissociable de la vie.

Petit à petit, la technologie aidant, nous avons été amenés à bouger de moins en moins : transports, ascenseurs, machines à laver, machines agricoles, ordinateurs etc.

Voici la journée type d’un occidental moyen : au lever, je fais quelques pas dans mon appartement, je sors de chez moi en prenant l’ascenseur, je fais trois pas pour trouver ma voiture que je gare à côté du bureau. Je reste assis toute la journée, je bouge à peine à la mi-journée, retour à la maison dans les mêmes conditions. Trois pas pour faire le dîner, et hop télé ou ordi et je me couche. Mais il sent que, petit à petit, il prend des kilos et qu’il a mal au dos, puis son médecin lui dit de faire du sport, alors bon an, mal an, il prend de bonnes résolutions et cherche un club de sport. La machine commence à rouiller, il faut de l’exercice, l’entend-t-on dire.

Son MP3 dans les oreilles, au milieu d’une circulation infernale et dans une pollution maximum, le jogger vous bouscule en passant. Dans la salle de sport remplie d’appareils en tous genres, version moderne des instruments de torture, le voilà qui décompte ses pompes, ses abdos, en attendant que vienne enfin la fin de l’heure d’exercice, la « happy hour » durant laquelle il pourra boire une bonne bière pour se féliciter de ses efforts.

Jetez un œil par-dessus le mur du collège à l’heure de la gym, elle est loin la course dans les bois, au moindre rhume on se fait dispenser, ils sont loin les ébattements dans la rivière, remplacés par la piscine, et sa cohorte de jeunes filles qui ont subitement toutes leurs règles en même temps.

Lire la suite

Date de la dépêche : 10 mars 2013

Auteur : Raïssa Blankoff

Source : Passeport Santé

Mentions légales