le journal de la santé naturelle et globale

inscription
à la Newsletter...

Tu ne changeras jamais les choses en combattant ce qui existe déjà. Pour changer les choses, construis un nouveau modèle qui rendra l’ancien obsolète.

Buckminster Fuller

La perfection est la tranquillité dans le désordre

Zhuangzi

La vie de chacun de nous n’est pas une tentative d’aimer, elle est l’unique essai.

Pascal Quignard

La seule chose promise d'avance à l'échec est celle que l'on ne tente pas.

Paul Emile Victor

Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risques. Choisis ton risque. A te regarder, ils s'habitueront.

René Char

La gratitude n'est pas seulement la plus grande des vertus, c'est aussi la mère de toutes les autres.

Cicéron

Il faut toujours viser la lune car, même en cas d'échec, on atterrit dans les étoiles.

Oscar Wilde

Vivre simplement pour que simplement d'autres puissent vivre

Gandhi

Soit on apprend à échouer, soit on échoue à apprendre.

Tal Ben Shahar

Celui qui se nourrit de rêves, le vent l'emporte.

Proverbe turque

Flore intestinale et obésité : dernières évolutions

« On est plus bactérien qu’humain », c’est le constat du Dr Jean-Paul David, endocrinologue et passionné par les nouvelles découvertes en matière de flore intestinale. Il s’est tout particulièrement intéressé à la relation entre microbiote et syndrome métabolique.

Le tour de taille est le meilleur marqueur de l’état métabolique d’une personne. Le syndrome métabolique ne se définit plus uniquement par un surpoids mais par différents paramètres associés :  un périmètre abdominal excessif, une hypertriglycéridémie, un cholestérol HDL abaissé ou la présence d’un traitement antihypertenseur, une tension artérielle augmentée et/ou une hyperglycémie. Si trois facteurs sont présents, on peut parler de syndrome métabolique. Une personne peut donc présenter un syndrome métabolique sans être obèse, avec pour conséquence de l’inflammation perçue par une augmentation biologique du marqueur CRPultra sensibe, du stress oxydatif  et une anomalie de la barrière intestinale devenue hyperperméable. Les cellules qui stockent le gras ne sont pas inertes, elles participent à l’inflammation.  En plus, on sait aujourd’hui que la flore joue un rôle majeur dans ce syndrome.

Lire la suite

Date de la dépêche : 06 juin 2014

Auteur : Raïssa Blankoff

Source : Passeport Santé

Mentions légales