le journal de la santé naturelle et globale

inscription
à la Newsletter...

Se ménager du temps est nécessaire pour l’esprit. Pour l’esprit, il faut du temps perdu

Paul Valéry

Qui a vu le présent, a vu toutes choses, celles qui sont arrivées dans le passé insondable, celles qui arriveront dans l’avenir.

Marc Aurèle

L'oeuvre d'art éveille continuellement en nous une soif et une source.

Paul Valéry

Derrière chaque homme de talent se trouvent toujours d’autres homme de talent

Proverbe chinois

Si tu cherches la vérité au dehors de toi, elle s'éloignera de plus en plus.

Tung-Shan

Pour expliquer un brin de paille, il faut démonter tout l’univers

Remy de Gourmont

Qu'est-ce que le bonheur sinon le simple accord entre un être et l'existence qu'il mène.

Albert Camus

Ce dont vous avez besoin se présentera à vous si vous ne désirez pas ce dont vous n’avez pas besoin.

Nisargadatta Maharaj

Il y a trois grands mystères de la nature : l'air pour l'oiseau, l'eau pour le poisson et l'homme pour lui-même.

Proverbe hindou

La folie est de se comporter toujours de la même manière et de s’attendre à des résultats différents.

Albert Einstein

Médecine : mieux former pour mieux soigner grâce à l’hôpital virtuel

A l’Université Paris Descartes, les chercheurs sont en train de mettre au point des interfaces numériques qui permettent aux étudiants de s’exercer comme en vrai sur des modèles informatiques qui réagissent comme des patients réels. Partant du postulat que « faire des progrès c’est changer d’erreur », le Pr Alexandre MIGNON1, Docteur en Médecine et en Sciences, anesthésiste-réanimateur et professeur des Universités, consacre son savoir-faire à développer l’enseignement virtuel en médecine.

Comme dans l’aviation où ces méthodes sont déjà mises en pratique depuis longtemps : « aujourd’hui, un vol sur 4 millions va engendrer une erreur, en médecine, aujourd’hui, c’est un patient sur 400 qui fait les frais d’une erreur médicale, c’est beaucoup trop, on peut faire beaucoup mieux », précise le Professeur Mignon.  C’est pourquoi, la possibilité d’une pratique virtuelle qui permet de se tromper, de recommencer, d’expérimenter devrait augmenter la qualité de la médecine au bénéfice des patients, et en faire, à terme, baisser son prix (l’erreur coûte très cher, aujourd’hui plus de 700 millions d’euros par an en France).(suite...) Raïssa Blankoff

Date de la dépêche : 18 février 2013

Auteur : Raïssa Blankoff, journaliste

Mentions légales