le journal de la santé naturelle et globale

inscription
à la Newsletter...

Sois calme et comprends, car tu te troubles et dans ta demeure intérieure tu atténues la lumière.

Saint Augustin

La seule chose qu’on est sûr de ne pas réussir est celle qu’on ne tente pas

Paul Emile Victor

La maladie, sa racine hébraïque « malaha » le révèle, consiste à tourner en rond.

Christiane Singer

Nous nous rendons pitoyables ou nous nous rendons forts. La quantité de travail à fournir est la même.

Carlos Castaneda

On n'a pas encore découvert que la nature est plus en profondeur qu'en surface.

Cézanne

Ce qui te manque, cherche-le dans ce que tu as

Koan Zen

C’est une triste chose de songer que la nature parle et que le genre humain n’écoute pas.

Victor Hugo

Notre peur la plus profonde n’est pas que nous ne soyons pas à la hauteur, Notre peur la plus profonde est que nous sommes puissants au-delà de toute limite, C’est notre propre lumière et non pas notre obscurité qui nous effraie le plus.

Nelson Mandela

L'homme ne vit pas cent ans et se fait du souci pour mille.

Proverbe chinois

Celui qui est charnel l'est jusque dans les choses de l'esprit ; celui qui est spirituel l'est jusque dans les choses de la chair.

Saint Augustin

Médecine : mieux former pour mieux soigner grâce à l’hôpital virtuel

A l’Université Paris Descartes, les chercheurs sont en train de mettre au point des interfaces numériques qui permettent aux étudiants de s’exercer comme en vrai sur des modèles informatiques qui réagissent comme des patients réels. Partant du postulat que « faire des progrès c’est changer d’erreur », le Pr Alexandre MIGNON1, Docteur en Médecine et en Sciences, anesthésiste-réanimateur et professeur des Universités, consacre son savoir-faire à développer l’enseignement virtuel en médecine.

Comme dans l’aviation où ces méthodes sont déjà mises en pratique depuis longtemps : « aujourd’hui, un vol sur 4 millions va engendrer une erreur, en médecine, aujourd’hui, c’est un patient sur 400 qui fait les frais d’une erreur médicale, c’est beaucoup trop, on peut faire beaucoup mieux », précise le Professeur Mignon.  C’est pourquoi, la possibilité d’une pratique virtuelle qui permet de se tromper, de recommencer, d’expérimenter devrait augmenter la qualité de la médecine au bénéfice des patients, et en faire, à terme, baisser son prix (l’erreur coûte très cher, aujourd’hui plus de 700 millions d’euros par an en France).(suite...) Raïssa Blankoff

Date de la dépêche : 18 février 2013

Auteur : Raïssa Blankoff, journaliste

Mentions légales