le journal de la santé naturelle et globale

inscription
à la Newsletter...

Lorsqu'il n'y a plus rien à faire, que faites-vous?

Koan zen

C'est une folie que de vouloir guérir le corps sans vouloir guérir l'esprit.

Platon

On n'a pas encore découvert que la nature est plus en profondeur qu'en surface.

Cézanne

Le mental vit dans un cercle vicieux. Il crée lui-même les problèmes et essaie ensuite de les résoudre.

Swami Prajnanpad

L'ignorant n'est pas celui qui manque d'érudition mais celui qui se ne connaît pas lui-même.

Krishnamurti

Ne néglige pas le temps pour te construire.

Proverbe chinois

Derrière chaque homme de talent se trouvent toujours d’autres homme de talent

Proverbe chinois

Le chute n'est pas un échec, l'échec est de rester là où on est tombé.

Socrate

Faire un peu est mieux que ne rien faire. Faire un peu plus est mieux que faire un peu moins. Faire de son mieux et s'en réjouir reste l'essentiel.

Le plaisir peut s’appuyer sur l’illusion, mais le bonheur repose sur la réalité.

Chamfort

Médecine : mieux former pour mieux soigner grâce à l’hôpital virtuel

A l’Université Paris Descartes, les chercheurs sont en train de mettre au point des interfaces numériques qui permettent aux étudiants de s’exercer comme en vrai sur des modèles informatiques qui réagissent comme des patients réels. Partant du postulat que « faire des progrès c’est changer d’erreur », le Pr Alexandre MIGNON1, Docteur en Médecine et en Sciences, anesthésiste-réanimateur et professeur des Universités, consacre son savoir-faire à développer l’enseignement virtuel en médecine.

Comme dans l’aviation où ces méthodes sont déjà mises en pratique depuis longtemps : « aujourd’hui, un vol sur 4 millions va engendrer une erreur, en médecine, aujourd’hui, c’est un patient sur 400 qui fait les frais d’une erreur médicale, c’est beaucoup trop, on peut faire beaucoup mieux », précise le Professeur Mignon.  C’est pourquoi, la possibilité d’une pratique virtuelle qui permet de se tromper, de recommencer, d’expérimenter devrait augmenter la qualité de la médecine au bénéfice des patients, et en faire, à terme, baisser son prix (l’erreur coûte très cher, aujourd’hui plus de 700 millions d’euros par an en France).(suite...) Raïssa Blankoff

Date de la dépêche : 18 février 2013

Auteur : Raïssa Blankoff, journaliste

Mentions légales