le journal de la santé naturelle et globale

inscription
à la Newsletter...

Tu ne changeras jamais les choses en combattant ce qui existe déjà. Pour changer les choses, construis un nouveau modèle qui rendra l’ancien obsolète.

Buckminster Fuller

Le hasard ne favorise que les esprits préparés.

Pascal

Ne dis pas peu de choses en beaucoup de mots, mais dis beaucoup de choses en peu de mots.

Pythagore

Souvent au lieu de penser on se fait des idées

Louis Scutenaire

Le meilleur en la vie est gratuit.

Albert Schweitzer

Le mental vit dans un cercle vicieux. Il crée lui-même les problèmes et essaie ensuite de les résoudre.

Swami Prajnanpad

Que fait-on quand un problème est insoluble ? On change le problème.

Jean Monnet

Il ne faut pas compter sur ceux qui ont créé les problèmes pour les résoudre.

Albert Einstein

L’espérance est un risque à courir

Georges Bernanos

Il arrive que les grandes décisions ne se prennent pas, mais se forment d’elles-mêmes.

Henri Bosco

Le diabète: tout un mode de vie à reconsidérer

Le 6 juin 2012 - Du 4 au 10 juin, l’Association Française des Diabétiques (AFD) organise la première Semaine nationale de prévention du diabète. Plus de 3 millions de personnes sont touchées par cette maladie en France, soit près de 5 % de la population. 700 000 Français sont des diabétiques qui ne le savent pas encore. 400 nouveaux cas apparaissent chaque jour. Et comme la statistique est souvent une arme fatale, il est facile d’asséner la phrase suivante : « A ce rythme, 1 Français sur 10 sera touché d’ici 15 ans. »

Les préconisations officielles, manger moins de sucre, prendre des substituts de sucre et faire du sport, ne sont pas vraiment efficaces car pour chaque individu touché, c’est tout un mode de vie qui est à reconsidérer. Et chaque aspect doit être mis à plat pour prendre toutes les dispositions possibles en accord avec le patient pour l’aider. Ce qui crée la maladie peut, a contrario, apporter la guérison.

Le sucre, blanc, raffiné, dans lequel il ne reste que le glucose à l’état pur, avalé à chaque repas et entre les repas. Comment se nourrissait-on il y a encore 100 ans et bien avant? Le sucre était synonyme de fête, il provenait surtout des fruits, il formait une petite portion de notre alimentation. Il était souvent consommé au goûter ou en fin de repas du dimanche, et ne faisait pas monter la glycémie d’un coup au petit déjeuner. Qualité du sucre, moment de consommation du sucre... Mais le sucre est aussi devenu une drogue qui fait passer l’ennui, la fatigue, l’insécurité. Et on peut en devenir dépendant comme du tabac ou de l’alcool.

Le métabolisme : le sucre transformé en glucose pour produire de l’énergie passe plus ou moins rapidement dans le sang. Plus il est raffiné, plus il est consommé seul, plus il est consommé loin d’un autre repas, plus il fait monter la glycémie, le taux de sucre dans le sang. Mais notre organisme sait tamponner. Il possède une hormone, l’insuline qui fait baisser ce taux. Sollicitée sans cesse, elle s’épuise. D’où l’intérêt des aliments à index glycémique bas. Mais aussi, si le tube digestif est en mauvais état, sa paroi inflammatoire, sa flore perturbée et déséquilibrée, l’appel de sucre se fait plus pressant et le sucre appelle le sucre. Ainsi une activité corporelle quotidienne en relançant notre métabolisme, dynamise le foie, et nous permet de transformer le sucre ingéré en énergie.

Lire la suite...

Date de la dépêche : 01 juillet 2012

Auteur : Swan

Source : Passeportsante.net

Mentions légales